Nouvelle agression de journalistes à Marseille
 

 

 

 

 

C'est déjà notre troisième communiqué à ce sujet cette année : les agressions de journalistes se multiplient.

Une équipe de journalistes de France 3 a reçu des coups de la part de participants à une manifestation dont ils étaient pourtant justement en train de rendre compte.

Nous nous joignons notamment au SNJ, dont voici le communiqué, pour condamner ces actes antidémocratiques qui mettent à mal l'information, alors même que fake news et désinformation la mettent continuellement à mal et désorientent les citoyens en développant un contexte de tension.

La Mairie de Marseille dans un communiqué condamne « fermement » : « L’agression des deux journalistes de France2, le samedi 24 juillet, lors de la manifestation anti-pass sanitaire à Marseille. Ces violences inacceptables, qui mettent à mal les libertés les plus fondamentales d’expression et d’information, ne peuvent être tolérées. La municipalité apporte tout son soutien aux journalistes qui accomplissent leur mission d’intérêt général, indispensable à la démocratie »

var83.png

Par solidarité, nous communiquons ces informations.

Deux journalistes de France 2 qui couvraient la manifestation contre le passe sanitaire à Marseille, samedi 24 juillet, ont été insultés, bousculés et chassés par plusieurs individus, selon plusieurs sources.

France Télévisions a annoncé qu’elle allait porter plainte contre les auteurs de ces faits, condamnant des « actes inqualifiables » et rappelant « le principe fondamental de la liberté de la presse ».

Interrogé par l’Agence France-Presse (AFP), l’un des deux journalistes pris à partie a raconté qu’il se trouvait en tête de manifestation, avec son confrère reporter d’images, en train de prendre des vues du cortège lorsque des individus leur ont demandé s’ils étaient de BFMTV. Le reporter a répondu : « Non, c’est France 2 ».

« C’est à ce moment-là que cela a dégénéré », a raconté le premier journaliste qui n’a pas souhaité être nommé. « Ils nous ont insultés en nous disant “Cassez-vous”, ont donné des coups de pied au JRI [journaliste reporter d’images] pour essayer de le faire tomber. J’ai pris aussi un coup au genou mais je ne m’en suis rendu compte que plus tard tant j’étais focalisé sur mon JRI qui se trouvait devant moi par peur qu’il lui arrive quelque chose », a-t-il raconté.

Sur une vidéo diffusée sur Twitter par le journaliste Taha Bouhafs, on peut voir le cameraman entouré et hué par des manifestants. Il est poursuivi dans une rue adjacente par un groupe d’individus dont l’un tente de le frapper alors qu’il se met à courir pour leur échapper.

Les deux journalistes ont notamment dû leur salut à la présence de gardes du corps qui les accompagnent dans ce type de manifestation depuis le mouvement des « gilets jaunes », selon eux. La vidéo montre l’un d’eux protégeant le JRI en faisant un barrage devant un manifestant agressif.