L'amour...

 

Les scientifiques et les philosophes nous expliquent le phénomène naturel d'attraction, de cohésion et de répulsion, loi cosmique à la base de la formation de la matière.

À l'origine, « l'amour » tel que le conçoivent nos esprits évolués n'existe pas : l'attraction entre le mâle et la femelle n'est qu'un instinct primitif de survie destiné à la procréation, la reproduction des espèces.
Qu'il est petit l'esprit humain qui se limite au vu, au connu et au vécu, mettant ainsi nombre de barrières à sa propre réalisation, à son chemin de vie ! Qu'il est malheureux celui qui ne sait vivre sans préjugés, sans idées préconçues, sans schéma stéréotypé, qui s'attarde trop souvent sur des considérations de nature à l'empêcher de s'accomplir pleinement.
On dit que « Tous les chemins mènent à Rome ! ». Les chemins qui mènent à l'amour sont multiples ! La complexité de l'univers est dans l'individu, microcosme du macrocosme. Comment prétendre tout classifier, tout étiqueter, tout normaliser, tout cataloguer, alors que l'imprévu, le mystère, l'exception à la règle sont omniprésents. L'amour n'a jamais connu de loi, de frontières.
Ce qui apparaissait comme impossible devient tout à coup possible et ce qui était invisible peut un jour devenir visible, telle est la loi de l'univers.
Une semence enterrée, cachée dans la terre, invisible à l'œil, existe néanmoins. Dans des conditions favorables, elle laissera s'exprimer sa propre nature qui - par la loi de maturation - est de grandir, de pousser et par conséquent, de devenir visible, de fleurir, de s'épanouir. Ce processus est écrit dans sa destinée, cela est inscrit en elle-même dès sa genèse.
La logique est une science abstraite. L'âge n'est rien, il fait partie des choses abstraites. Concrètement le temps n'existe pas, c'est une abstraction. Le temps, l'heure, ne sont que structure, repères pour l'existence terrestre. Les notions de temps et d'âge revêtent donc une apparence trompeuse induisant une interprétation erronée dénuée de réalité. Peu importe son âge, s'il m'aime autant que je l'aime ! La seule chose que nous devons redouter c'est d'aimer en s'illusionnant sur l'amour de l'autre.
Car vivre sans amour ou sans la réciprocité de l'amour n'apporte que souffrance et perturbation du mental.
Un amour authentique, sincère, doit générer de l'harmonie, un équilibre, de la joie, des énergies positives, des endorphines, un épanouissement personnel. L'amour n'est pas programmable. Les affaires de Cour n'ont jamais été ni logiques ni méthodiques et ne le seront probablement jamais, bien que les découvertes des scientifiques nous épatent toujours un peu plus. On pourrait concevoir un scénario insolite - pour un film de science-fiction ou un roman d'anticipation - où notre mental et nos gènes seraient programmés ou reprogrammés selon l'évolution de nos critères scientifiques et humains dans un futur plus ou moins éloigné. Mais à ce jour, il paraît farfelu et inconcevable que les affaires de cour et le sentiment d'amour puissent être régis à l'avenir au moyen d'un ordinateur ou de toute autre technologie.
L'amour a tous les droits ! L'amour a surtout le droit d'exister, respecté par autrui, le droit de perdurer dans un esprit de tolérance et d'indépendance : horizon illimité, inaccessible aux esprits bornés obnubilés par leur vision obtuse de l'existence, qui adoptent d'emblée les idées de « Monsieur ou Madame Tout-le-monde », dirigeant leur vie selon les préceptes policés de la masse soumise depuis des lustres à l'ascendant ecclésiastique.
Comme il serait désespérant de trouver « normal » que l'amour soit réglementé ! La norme ne peut exister en ce domaine. Il y a maintes façons d 'aimer et avant de porter un jugement sur les amours « hors normes » il serait nécessaire d'analyser le type de relation et les affinités qui existent dans tout couple classé marginal.
Les amours qui dérangent ne s'inquiètent pas de déranger. Malgré la souffrance, l'amour qui les unit leur donne la force de braver l'entourage et les cancans. L'important est d'aimer et surtout d'être aimé en retour.
Pour cela nul ne peut décréter ni l'âge, ni le genre, ni le moment. Si cela était réalisable, chacun aurait déjà trouvé le bonheur en amour : il suffirait d'exercer sa volonté ! Mais la vie n'est pas si simple..
L'être humain, en sa grande naïveté - qui n'a d'égal que son orgueil - croit pouvoir décider de tout ou presque, alors qu'il est tributaire de sa propre nature, de son environnement, de son patrimoine génétique, de son mental, de son karma, des forces cosmiques. L'homme qui croit fermement pouvoir tout diriger et tout contrôler par lui-même, sans chercher à pressentir ce que le destin lui a réservé, se met le doigt dans l'œil ! Dans ce cas, il peut passer à côté de sa vie, de l'amour, poursuivant avec un acharnement aveugle un objectif utopique par excès de confiance en son libre-arbitre, en son pouvoir.
La destinée de l'homme est la destinée de l'homme. Chaque humain étant unique, chaque destinée est unique et la destinée de votre frère, de votre sœur, n'est pas la vôtre. Comparons ce qui est comparable !
L'avenir appartient aux esprits lucides, conscients, créatifs, aux libres penseurs intransigeants impossibles à formater car ils désavouent le système, le statut de victime des êtres humains conditionnés, rejetant toute tentative de manipulation mentale, se protégeant ainsi de la

« normose jusqu''à la folie ».

"L'amour est un doux parfum que l'on porte sur soi. Il implique de l'authenticité et de la sincérité, de la fidélité et la liberté, sans laquelle l'amour n'existe pas. L'amour est bien plus qu'une émotion, l'amour est bien plus qu'un sentiment, c'est une évidence, qui ne peut s'expliquer par de simples mots, il se ressent infiniment au fond de son âme."

Joëlle Laurencin

Régie Publicitaire

flora.jpg

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)