Covid-19 : en Israël, les injections d’une troisième dose ont commencé

Publié le 13/07/2021 Article rédigé par D. Derda - France 2 / France Télévisions

 

8 Heures

Édition du mardi 13 juillet 2021

En Israël, l’administration d’une troisième dose de vaccin a déjà commencé afin de lutter contre le variant Delta.

L’opération a commencé dès lundi 12 juillet à l’hôpital Sheba près de Tel-Aviv (Israel). Des patients vulnérables ont reçu une troisième dose de vaccin contre le Covid-19. C’est le ministère israélien de la Santé qui a donné son accord afin de mieux protéger, dit-il, ceux dont l’immunité ne serait pas suffisante avec les deux premières doses, il s’agit notamment de patients qui ont subi une transplantation d’organes. 

60 % de la population vaccinée 

Si les autorités prennent de telles mesures, c’est parce qu’elles s’inquiètent de l’augmentation des cas de contaminations par le variant Delta, ce qui a poussé le gouvernement à imposer à nouveau le port du masque dans les lieux publics fermés et à repousser d’un mois au moins l’ouverture de ses frontières aux touristes étrangers. En Israël, plus de 60 % de la population a déjà été vaccinée. 85 % des adultes. C’est au tour des adolescents depuis plusieurs semaines déjà. Les experts n’excluent pas de vacciner bientôt les enfants de moins de 12 ans qui souffrent de pathologies qui les rendent plus fragiles face au virus, explique le journaliste de France Télévisions, Dominique Derda. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Israël a donc débuté lundi 12 juillet à administrer une troisième dose de vaccins anti-coronavirus à des patients dotés d'un faible système immunitaire sur fond de hausse des cas de Covid liée à la propagation du variant Delta.

Israël : la moitié de sa population a reçu une dose du vaccin contre le Covid-19à la faveur d'un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer qui a fourni rapidement des millions de doses au pays en échange de données sur les effets de son vaccin développé avec la société BioNTech.

Cette campagne a permis d'administrer deux doses du vaccin à plus de 55% de la population du pays, voire à environ 85% des adultes, ce qui a favorisé la réouverture des cafés, des bars et des commerces et une réduction du nombre de cas d'environ 10.000 à moins de 100 par jour. Mais au cours des dernières semaines, le nombre de cas est reparti à la hausse sur fond de propagation du variant delta du virus, poussant les autorités à réimposer certaines mesures sanitaires comme le port du masque dans les lieux publics fermés.

Plus de 400 nouveaux cas ont été déclarés ces 24 dernières heures, contre environ 200 par jour en moyenne il y a une semaine.

Dans ce contexte, le ministère de la Santé a annoncé lundi avoir autorisé l'administration d'une troisième dose du vaccin Pfizer à certaines personnes atteintes d'immunosuppression, c'est-à-dire dont le système immunitaire est particulièrement vulnérable et ne répond pas suffisamment à deux doses de vaccin pour se prémunir du Covid-19.

«Il y a de plus en plus de preuves que les patients avec de l'immunosuppression ne développent pas un niveau satisfaisant d'anticorps après deux doses de vaccins contre le coronavirus, certains peuvent développer ces anticorps après trois doses», a indiqué le ministère dans un communiqué.

«À la lumière de la hausse du nombre de cas dans les dernières semaines et du risque élevé qu'elle pose pour les patients immunodéficients atteints de graves maladies, ces patients peuvent désormais recevoir une troisième dose de vaccin», a ajouté le ministère en publiant une liste des types de patients pouvant nécessiter une troisième dose, comme par exemple ceux ayant subi une transplantation d'organes.

Dans la foulée de cette annonce, l'hôpital Sheba, situé dans la région de Tel-Aviv, a annoncé qu'il venait d'administrer des troisièmes doses de vaccin à des patients vulnérables. «Nous avons écrit l'histoire aujourd'hui quand nous avons administré une 3e dose de vaccin Pfizer à des patients ayant reçu des greffes de cœur», s'est notamment félicité l'hôpital dans un communiqué.

Savoir et faire, est une dure réalité que bien d'Etats ont du mal à trancher, surtout devant une levée de bouclier, face aux incertitudes.

La question cruciale restera la même : "peut-on avoir ou non confiance en nos élus ?"

Les septiques face au virus dit "delta" pointent du doigt toutes les hésitations des dirigeants et troublent le débat en utilisant les arguties de soi disant spécialistes avertis.

https://www.lindependant.fr/2021/07/13/covid-19-face-au-variant-delta-israel-passe-a-la-troisieme-dose-dinjection-de-vaccin-9669426.php

Lucien