L'hydrogène, solution d'avenir pour le transport frigorifique​

 

A l’occasion d’un webinaire organisé par la région Occitanie, Bosch, Carrier et Chéreau sont intervenus pour évoquer l’exploitation de l’hydrogène pour le fonctionnement des systèmes frigorifiques embarqués pour les poids-lourds.
 
Parce que le territoire est particulièrement actif concernant la mobilité hydrogène, la région Occitanie, la chambre de commerce et de l’industrie ainsi que l’Ademe proposaient une conférence Internet sur le sujet à destination des transporteurs et logisticiens locaux. Programmée lundi 31 janvier 2022, elle a notamment permis de mettre en avant les solutions hydrogène pour les systèmes frigorifiques.
 

A LIRE AUSSI
Comment l'Occitanie prépare la révolution hydrogène

 

FresH2

L’équipementier Bosch et le spécialiste des solutions de production de froid Carrier Transicold ont travaillé main dans la main sur le projet FresH2. Il s’agit d’une des solutions frigorifiques retenues dans le cadre du Corridor H2 Occitanie. Développée dans l’usine Bosch de Rodez, elle s’appuie sur le groupe sans moteur Vector HE 19 de Carrier Transicold. Cette unité est alimentée par une pile à combustible.
 
Les premiers essais ont été réalisés dès septembre dernier en équipant une semi-remorque standard du carrossier Lamberet, reconnu pour ses véhicules frigorifiques. Acteur européen majeur du transport alimentaire sous température contrôlée, c’est STEF qui a utilisé en situations réelles ce démonstrateur. « Pendant un mois, nous avons pu l’exploiter pour montrer et prouver qu’un système à pile à combustible hydrogène peut tout à fait répondre aux besoins du marché », a précisé Pamela Moreira, responsable de l’innovation pour Bosch.


 

Pour du moyen et long termes, la pile à combustible fait sens

Jusque-là, Carrier Transicold construisait déjà des groupes de production de frais ou de froid fonctionnant au gazole, au HVO (carburant de synthèse alternatif), sur batterie, ou en tirant de la puissance du moteur du camion. « Pour du moyen et long termes, la pile à combustible fait sens. C’est pourquoi nous travaillons avec Bosch sur l’intégration de cette technologie au sein du groupe frigorifique. Nous avons comme objectif principal d’offrir des autonomies équivalentes à des solutions diesel, avec des temps de recharge équivalents », a commenté Gaël Ducher, responsable produit pour Carrier. « Nous cherchons à avoir les mêmes applications au niveau des schémas logistiques et des tournées que peuvent avoir nos clients. Nous travaillons d’ores et déjà sur les aspects conformité par rapport à la réglementation et aux engagements de Carrier de réduire ses émissions de CO2 », a-t-il complété.


 
Le démonstrateur FresH2 Full Power fonctionne sans batterie additionnelle. Il abrite une pile à combustible de 30 kW couplée au système de refroidissement, un réservoir pouvant contenir 10 kg d’hydrogène sous 350 bars, et de l’électronique de puissance. Cette unité peut équiper tous les types de semi-remorques frigorifiques, quel que soit son carrossier ou constructeur, y compris en rétrofit.
 
« Cette première phase du projet nous a permis de comprendre les besoins pour nous adapter », a souligné Pamela Moreira. « Ce démonstrateur nous a permis d’éduquer et de valider les aspects d’usage autour du véhicule, que ce soit en termes de temps de remplissage, de chaîne du froid, de longueur de tournée d’un point de vue opérationnel, et du silence de fonctionnement », a abondé Gaël Ducher.
 
Parmi les améliorations pointées, réintégrer à l’enveloppe frigorifique, à la place du petit moteur diesel dédié, la partie PAC H2 qui avait été placée sous le châssis de la remorque. D’où un travail sur la miniaturisation des composants et systèmes, et l’augmentation du volume de production. Tout cela permettra de positionner le FresH2 de façon compétitive.
 

A LIRE AUSSI
En Occitanie, Safra va convertir des autocars diesel à l'hydrogène