Ces hydroliennes géantes pourraient générer environ 60 % de la capacité de production d’électricité du Japon

Après avoir investi massivement dans le solaire ou l'éolien, le Japon se tourne désormais vers les courants marins... Une source de production d'énergie verte inépuisable.

Méline Kleczinski5 juin 2022Dernière mise à jour: 7 juin 2022

 Crédit image : IHI Corp./NEDO

Le Japon est l’un des pays les plus dépendants au monde des combustibles

fossiles, et les scientifiques de ce pays cherchent à développer une forme

constante et stable d’énergie renouvelable à l’infini, qui ne dépendrait ni du vent,

ni du soleil. C’est donc vers la haute mer et ses courants océaniques, très puissants

au Japon, que les scientifiques se tournent avec l’espoir de produire une

« énergie verte sans fin ». Il y a quelques semaines, ils ont testé une turbine

géante développée depuis 10 ans par le fabricant japonais IHI Corp. 

Cette turbine gigantesque devrait exploiter les courants océaniques profonds 

et les convertir en source d’électricité. Explications.

Une turbine monstrueuse !

Attention, les Japonais n’ont pas fait dans la demi-mesure…

La turbine qu’ils ont conçue ressemble à un avion, avec deux énormes

ventilateurs à turbine contrarotatifs à la place des jets. Le fuselage central,

lui, abrite le système de réglage de la flottabilité. Cette turbine géante porte

le nom de Kairyu et pèse le joli poids de 330 tonnes… Elle est fabriquée pour

être installée entre 30 et 50 mètres dans les profondeurs sous-marines.

Elle devrait aller prendre position dans le courant de Kuroshio, l’un des plus

puissants courants marins du monde situé sur la côte Est du Japon. L’électricité,

elle, sera conduite sur la terre ferme via des câbles sous-marins, géants eux-aussi !

Pour quoi l’hydroélectricité devient-elle essentielle ?

Selon le professeur de politique des technologies océaniques, Ken Tagagi,

enseignant à la Graduate School of Frontier Sciences de l’Université de Tokyo,

“les courants océaniques ont un avantage en termes d’accessibilité au Japon,

mais l’énergie éolienne est géographiquement plus adaptée à l’Europe, qui est

exposée à des vents d’ouest prédominants et située à des latitudes plus élevées”. C’est donc un véritable défi pour le Japon que d’exploiter ce puissant courant marin. Le professeur estime que ce courant de Kuroshio pour produire 200 gigawatts, soit 60% de capacité de production annuelle du pays… Le Japon, comme de nombreux autres pays, a choisi d’investir massivement sur l’éolien et le solaire, notamment après la catastrophe nucléaire de Fukushima. Il est d’ailleurs actuellement le troisième plus grand producteur d’énergie solaire, mais désormais, c’est dans l’offshore qu’il devrait investir. Une base plus fiable avec, certes du matériel lourd voire très lourd, mais réduire le besoin en énergie carbone est essentiel pour le futur.

À LIRE AUSSI :

Hikerpower : un sac à dos qui fait également office de centrale électrique portable de 1000W

Quels avantages du courant océanique ?

L’avantage des courants océaniques est leur stabilité: les fluctuations de vitesse et de direction sont peu importantes et peuvent produire de 50 à 70% du temps, contre 29% pour l’éolien terrestre, et 15% seulement pour le solaire. Selon eux, les turbines hydroélectriques auraient les mêmes capacités de production que les centrales à charbon, qui ont fourni de l’électricité pendant des décennies. La turbine géante a été testée sur un navire autour des îles Tokara, en suspendant celle-ci à un navire et en lui renvoyant de l’électricité. Les tests ont prouvé que le prototype pouvait générer les 100 kilowatts de puissance stable attendus et la société prévoit maintenant de passer à un système complet de 2 mégawatts qui pourrait être en exploitation commerciale dès les années 2030. Les usines hydroélectriques semblent être l’avenir en matière d’énergie verte !

hydrolienne-kairyu.jpg