Foot et jets privés :
"Mbappé fait bouger les choses malgré lui"

 

 

Le fou rire de Kylian Mbappé et Christophe Galtier, l’attaquant et l’entraîneur du PSG, à propos des

déplacements du club en jets privés marque un tournant dans les efforts à faire pour limiter le

réchauffement climatique, selon le philosophe Gilles Vervisch.

C’est une scène qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux depuis 48 heures.

Lors d’une conférence de presse, lundi 5 septembre, l’entraîneur du Paris Saint-Germain (PSG)

Christophe Galtier et l’attaquant Kylian Mbappé se sont moqués d’une question d’un journaliste

concernant les déplacements en jets privés de leur club. Un mépris qui en dit long sur les dérives

du football professionnel et sur le fossé qui sépare la vie de joueurs payés des millions par an et

les autres citoyens à qui le président de la République demande d’adopter un mode de vie sans « abondance ».

Pour le philosophe Gilles Vervisch, auteur de l’ouvrage De la tête aux pieds, philosophie du football (éd. Max Milo), cette polémique peut aussi marquer un point de bascule dans le rapport des clubs professionnels à l’écologie.

Reporterre — Pourquoi la réaction de Christophe Galtier et de Kylian Mbappé a-t-elle autant choqué l’opinion publique ?

Gilles Vervisch — Le football a plus d’importance qu’on ne voudrait le croire. Il y a déjà cette Coupe du monde au Qatar qui arrive et qui rend les gens irritables avec les stades climatisés. Et là, un journaliste demande à un joueur de foot ce qu’il pense du changement climatiqueMbappé se soucie plus du marabout de Pogba que du réchauffement climatique. Si Galtier et Mbappé s’en fichent, ce n’est pas le cas de la population. Sur le fond, je suis presque surpris qu’on en parle autant. Sur Twitter [mardi 6 septembre], un message sur deux était sur ce sujet. Mbappé, du haut de ses 23 ans, dit : « J’en pense rien » du changement climatique, alors on peut le moquer, mais c’est un peu comme si l’on demandait à un novice en foot à quel poste placer Didier Drogba dans une équipe. Si l’on n’y connait rien, « on n’en pense rien ». D’un autre côté, des choses qui semblaient normales pendant très longtemps ne passent plus. On ne peut plus se moquer du climat. Il s’est passé la même chose vis-à-vis des comportements des hommes avec les femmes avec le mouvement #MeToo.

 

Reporterre — Est-ce nouveau de demander aux footballeurs de se soucier de l’écologie ?

Gilles Vervisch — Les footballeurs gagnent beaucoup d’argent. Je pense qu’avant la population en voulait aux patrons qui s’enrichissent à l’excès, mais pas aux sportifs stars ou aux artistes. Les footballeurs étaient un peu au-dessus de la morale. Ils étaient les héros d’une industrie qui amenait beaucoup d’argent donc c’était normal qu’eux-mêmes aient des énormes salaires. Mais les inégalités exposées par l’épidémie de Covid-19 et les efforts demandés aux Français ont sans doute rendu ça moins tolérable. Maintenant, alors que l’État appelle les citoyens à faire attention à leur consommation d’énergie, la demande d’exemplarité est encore plus forte.

« Avec un fou rire, Mbappé fait bouger les choses malgré lui »

 

Reporterre — Finalement, ce buzz médiatique est-il une bonne chose ? Peut-on espérer voir le sport de haut niveau devenir plus exemplaire en matière d’écologie ?

Gilles Vervisch — La bonne nouvelle c’est que ça choque, il y a un malaise. Mbappé et Galtier qui se sont marrés devant la question du journaliste, cela fait penser à une scène du film Don’t Look Up : sur un plateau télé, un scientifique parle de la fin du monde et tout le monde rigole autour de lui. À titre personnel, Mbappé ne va pas passer un bon moment ces prochains jours. Il y a des points de non-retour. D’ailleurs, on l’a vu avec le PSG qui a tout de suite communiqué sur sa volonté d’envisager des voyages en train à l’avenir et qui a mis en avant ses discussions avec la SNCF sur ce sujet.

 

Reporterre — Le club du PSG appartient au Qatar, qui organise une Coupe du monde dans le désert dans deux mois. La polémique autour de Mbappé et Galtier peut-elle mettre en lumière le bilan carbone catastrophique de cette Coupe du monde ?

Gilles Vervisch — Alors qu’on déplore depuis plusieurs années les morts d’ouvriers sur les chantiers des stades au Qatar, c’est Mbappé qui, avec un fou rire, fait bouger les choses malgré lui. On est plus ému par ce que dit Mbappé que par les morts dans les stades au Qatar. Cet écho médiatique autour d’une petite phrase, c’est un peu étonnant, et en même temps c’est un bon signal.

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. Plus de 27 000 de ces lectrices et lecteurs financent le journal par des dons. Ce soutien permet à Reporterre de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à de nombreux autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Tous nos articles sont en accès libre, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population, et agir. Tout le monde peut bénéficier d’un accès à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique, et assure notre avenir. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.  S’abonner

kylian.png