La France prête à aider à débloquer le port d'Odessa :  
13/06/2022

 

C'est une démonstration de force en direction de la Turquie et de la Russie de Poutine.

Au moment où vont se jouer des opérations stratégiques turques en augmentant le fameux rideau de 30 kilomètres pour, pense-t-on y installer les réfugiés (aux frais de l'Europe), la France se dit prête à participer à une "opération" permettant de lever le blocus du port d'Odessa (sud de l'Ukraine) et d'exporter les céréales ukrainiennes vers les pays qui en ont besoin, en lien avec les Nations unies, a par annoncé la présidence française. C'est un cailloux dans la chaussure de Recep Tayyip Erdoğan. C'est-à-dire de "pouvoir faire passer des bateaux en dépit du fait que la mer est minée", a détaillé un conseiller présidentiel.

"Il faut que "ces grains exportés d'Odessa puissent aller sur les marchés où ils sont attendus à des prix raisonnables et praticables, notamment pour les pays africains", a-t-il souligné.
Le président russe Vladimir Poutine a donné son "consentement" pour une telle opération lors d'un entretien avec Emmanuel Macron le 28 mai, a rappelé l'Élysée, en relevant qu'une initiative en ce sens de la Russie et la Turquie cette semaine n'avait en revanche pas abouti. La France plaide pour une résolution du Conseil de sécurité. Les Russes et les Turcs ne s'y disent pas opposés, a relevé l'Élysée.

La France est prête à aider pour lever le blocus du port ukrainien d'Odessa, afin de faire sortir d'Ukraine les céréales dont le blocage provoque une crise alimentaire mondiale, alors que des combats meurtriers sévissent dans le sud et l'est de l'Ukraine. « Nous sommes à disposition des parties pour, au fond, que se mette en place une opération qui permettrait d'accéder au port d'Odessa en toute sécurité, c'est-à-dire de pouvoir faire passer des bateaux en dépit du fait que la mer est minée », a déclaré un conseiller du président Emmanuel Macron.

Ces déclarations interviennent alors qu'Emmanuel Macron recevait vendredi le président sénégalais Macky Sall, également président de l'Union africaine. Macky Sall avait appelé jeudi au déminage du port d'Odessa, et indiqué avoir reçu des assurances du président Vladimir Poutine que les Russes n'en profiteraient pas pour attaquer, comme le redoutent les Ukrainiens.

« La navigation est bloquée dans la mer Noire et les navires ennemis tiennent presque la totalité du territoire ukrainien sous la menace de frappes de missiles », a expliqué le commandement opérationnel ukrainien de la région sud, dans la nuit de vendredi à samedi, notant que, « ne parvenant pas à progresser sur terre, l'ennemi teste la solidité de nos positions [sur les lignes de front] avec des bombardements depuis les airs avec des hélicoptères ».

Ce message venant de France est clair. Nous pouvons le faire...

Ydille