Le pardon

« Le pardon ne change pas le passé, il élargit les horizons du futur »

                                                                                                                       Bien sûr le pardon vient de celles et ceux qui ont subi des actes, ici atroces. Mais avant                                                                                                                               d'accorder un pardon, il faut le demander et que ce soit légitime, et don honnête. La France,                                                                                                                         dans la peau de son président, fait elle un pas de côté... Est-ce aux victimes d'accorder un                                                                                                                           pardon alors qu'il n'a pas été demandé ?
                                                                                                                     Pour ceux qui ont un certain âge et suivent la vie politique, il paraît peu étonnant de voir                                                                                                                                 François Mitterrand s'excuser d'actes aussi abjectes.

                                                                                                                     Il y en a tellement où la France devait revoir sa vision sur ses actions,  un passé peu glorieux..  

      

 

 

Pardonner n’est pas facile, car le passé fait mal, c'est pourquoi beaucoup disent « je ne peux pas pardonner parce que je ne peux pas oublier ». C’est vrai, on ne peut pas oublier. En effet, le passé continue à habiter pendant longtemps la mémoire. L’oubli n’est pas la condition du pardon. Le pardon, c’est une réconciliation par-delà l’offense. Avec le pardon, le passé n'est plus considéré comme un obstacle à la relation. Malgré ce qui s’est passé, malgré le mal qui a été fait, je poursuis la route avec toi et je te refais confiance...

Le pardon, c'est la confiance renouvelée. La plus grande preuve d’amour que nous ayons pu recevoir d’un frère, de quelqu’un que nous aimons, c’est bien d’avoir reçu de lui le don inestimable du pardon, de la confiance après une faute grave. Le pardon n’est jamais obligatoire. C’est quelque chose qui se donne, ce n’est pas quelque chose qui s’extorque. Il ne faut pas exiger de l’autre de nous pardonner ou de nous demander pardon, car le pardon est vraiment un don gratuit qu’on se fait. C’est le cœur de l’amour.

Mais il convient que l'autre est montré et démontré son erreur, son implication et qu'il fasse le pas vers l'autre. Je crois qu'il ne peut y avoir de pardon si les 2 parties ne se rencontrent pas sur la reconnaissance d'une part du mal qui a été fait; car sans cette part de prise en compte, comment l'autre peut pardonner ?

Dans ce mécanisme très simple, nous explique le journal Le Monde, se rencontraient "Paul Kagame qui est un interlocuteur rêvé en Afrique de l’Est et Emmanuel Macron, loin des canons classiques de l’Afrique francophone : ambitieux, il fait de Kigali une vitrine impressionnante et mise tout sur l’attractivité de son petit pays, dont les statistiques officielles sont pourtant contestées. Le dirigeant rwandais cherche à combiner l’agilité de l’entrepreneur high-tech avec la poigne d’un dirigeant n’acceptant aucun frein à l’exécution de ses ordres.

Rompu au jeu diplomatique, il voit en Emmanuel Macron un nouvel allié intéressant dans les enceintes internationales, désireux de promouvoir les voix africaines, comme au G20. M. Macron a rendu hommage à Paul Kagame, qui a « su comprendre tôt l’importance de l’éducation et de la santé, pour permettre à la jeunesse de réussir ». Le dirigeant rwandais n’était pas en reste, soulignant le « courage » de son homologue français, qualifié d’« homme d’écoute ».

« Ils ont trouvé leurs marques sans fausse familiarité, analyse un conseiller du président français. C’est très respectueux et concret, sans cette culture passée où l’on se tapait dans le dos et on en faisait des tonnes. Ici, on peut décliner des projets. Quand il se passe quelque chose au niveau des chefs d’Etat, ça suit en dessous, au niveau du gouvernement, des échelons administratifs. »

« Un pardon ne s’exige pas »

Mais avant de se pencher sur les dossiers bilatéraux concrets, comme l’économie verte ou le numérique, il fallait aborder la question mémorielle. Emmanuel Macron a fait la pédagogie de son propre discours, face aux journalistes : « Ce que nous nous devons, c’est la vérité, plutôt que de chercher à nous débarrasser d’un passé qui ne passait pas. Un génocide ne s’excuse pas, on vit avec. Et un pardon ne s’exige pas. Qui serais-je pour le faire ? »"

S’il n’a pas présenté d’excuses, Emmanuel Macron a reconnu les responsabilités françaises dans le génocide, tout en scellant le rapprochement diplomatique entamé en 2017… Ce qu'il faut savoir c'est que la France protège sur son territoire des  personnalités désignées comme génocidaires.

Nous avions parlé dans notre média de ce génocide, et nous poursuivrons : https://www.media.corsica/jeanne-allaire

Avec le livre coup de point "La cicatrice" de Lydia Ininahazwe-Sentamonous voulons comprendre, pour cela il faut expliquer... ce qui s'est déroulé...

 

François Chartier

pardon2.jpg