Samuel Le Bihan, acteur et entrepreneur avec Earthwake

L'entreprise Earthwake, créée par l'acteur avec François Danel, l'ancien directeur d'Action contre la faim, propose un procédé de pyrolyse qui transforme le polypropylène et le polyéthylène en carburant.

Objectif : s'attaquer aux montagnes de déchets là où elles sont. Comment ne pas saluer cette personne qui s'implique tant, nous l'avions déjà signalé dans un article précédent « Etre parent d’un enfant autiste, c’est un enrichissement » (Femina)...
Nous ne pouvions le voir que autrement...
Et là encore, nous saluons cet entrepreneur !

Les déchets viennent de l'intérieur ! A nous de veiller à ne plus rien rejeter en mer !

Deux tiers du temps acteur, un tiers startupper. Président de la société EarthWake Entreprise, Samuel le Bihan, le héros de la série « Alex Hugo » sur France 3, n'est pas de ceux que l'hyperactivité effraye. « Présider une entreprise est un sport de combat. C'est beaucoup de travail, de stress, de défis, mais chaque avancée procure des émotions intenses », souffle-t-il. Surtout quand on s'attaque comme lui à la pollution plastique , « un des plus grands fléaux environnementaux et sociaux de notre siècle ».

Avec son associé François Danel, ancien directeur général d'Action contre la faim, le comédien a d'abord monté une association pour étudier les moyens d'éviter que le plastique finisse en cimetière dans les océans. Nous sommes en 2014 et c'est la rencontre avec un inventeur sur les hauteurs de Nice, Christofer Costes, qui va donner de l'élan aux ambitions du projet, comme une bonne vague qu'on attrape en mer, sa passion.

Carburant plastique

L'homme a conçu un appareil inédit qui permet aux plastiques - polyéthylène et polypropylène - de retrouver leur état initial grâce à un procédé de pyrolyse qui casse les molécules de polymère, pour les faire revenir à l'état initial d'huile. Une fois filtré, ce liquide visqueux est transformé en diesel sans produire aucun déchet : avec 40 kg de plastique, son démonstrateur produit 40 litres de carburant.

En 2020, l'entreprise est créée. Une première levée de fonds de 300.000 euros est réalisée pour améliorer le dispositif. Trois brevets sont déposés et les premiers tests grandeur nature sont lancés pour fournir à plusieurs camions de ramassage d'ordures de la commune de Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) le carburant plastique : 800 litres, produits en un an à partir des déchets collectés en ville. « Nous avons prouvé la pertinence de notre modèle d'économie circulaire de proximité », se réjouit François Danel, directeur général.

Premières ventes

Les premières ventes ont démarré au prix unitaire de 600.000 euros. Logé dans quatre conteneurs maritimes, l'appareil - baptisé Chrysalis - va rejoindre un village de Guyane ; un autre ira en Tunisie pour alimenter les bateaux de pêcheurs des îles Kerkennah en valorisant les nasses plastiques ; un autre encore sera envoyé à Villeneuve-sur-Lot.

Une quarantaine de Chrysalis devraient être installés dans le monde avant que l'entreprise bascule son modèle vers la vente de licences auprès de grands groupes industriels et d'acteurs du déchet. « Notre procédé va leur permettre de s'approcher au plus près des gisements de déchets, plutôt que de leur faire parfois traverser des milliers de kilomètres, comme en Martinique où les gaines plastiques de mûrissage des bananes sont incinérées en Espagne », défend François Danel. L'entreprise pourrait réaliser 44 millions d'euros en 2026. Une opportunité de reconversion pour l'acteur ?

De plus en plus d'artistes et de sportifs français s'immiscent dans la French Tech. Souvent par le biais de l'investissement, comme Blaise Matuidi qui a cofondé la société de gestion Origins , ou Tony Parker qui a récemment misé sur la plateforme d'investissement immobilier Bricks. En devenant actionnaire, certains font aussi le choix d'être ambassadeur de la start-up, comme Kylian Mbappé avec Sorare ou DJ Snake avec le réseau social MYM. Très peu font en revanche le choix de créer ou de diriger une jeune pousse.

Green City Organisation intercepte les déchets avant leur arrivée en mer