Au mois d’avril 1725, un géant naquit dans les montagnes corses. Pasquale Paoli, homme en avance sur son temps, créa le premier État démocratique d’Europe – et du monde – à une époque où le concept même de démocratie n’était qu’une utopie à laquelle seuls quelques philosophes commençaient à rêver timidement. Pasquale Paoli qui, face à l’oppression génoise puis à l’invasion de sa patrie par une force armée infiniment supérieure à celle dont il disposait sut, le premier, défendre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La stature de ce géant dépassa largement les frontières de son île. Il fut le héros de son temps, exalté par les écrivains, les philosophes et même par quelques souverains. Il inspira les « insurgents » d’Amérique. Les révolutionnaires français lui rendirent hommage, voyant en lui le précurseur de la liberté. Pasquale Paoli eut cependant la sagesse de désavouer ces mêmes révolutionnaires à partir de 1792, lorsqu’ils commencèrent à faire couler des torrents de sang et à fouler au pied les droits de l’Homme et la liberté qu’ils prétendaient incarner. 293 ans plus tard, le souvenir de Pasquale Paoli est toujours vivant en Corse, même si son nom n’a jamais été mentionné dans les livres d’histoire de la République française, « une et indivisible », laquelle République a tout fait – en vain – pour effacer définitivement sa mémoire. Paoli est plus que jamais présent dans le cœur de la majorité des Corses, quelle que soit leur opinion politique, quel que soit leur degré d’allégeance à la France.

Le Babbu di a patria, le père de la patrie corse, mourut à Londres, loin de son île, en 1807. Il avait 81 ans. Il fallut attendre 1889 pour que ses cendres soient ramenées en Corse, grâce à l’initiative des Corses eux-mêmes et sans aucune aide de Paris. Depuis, Pasquale Paoli repose pour l’éternité dans sa maison natale, à Merusaglia, au milieu des montagnes corses. À l’exception notable de François Bayrou en mars 2012, aucun homme d’État français, aucun président, aucun chef de gouvernement n’est jamais venu se recueillir sur sa tombe pour rendre hommage à ce précurseur de la liberté.

En août 1934, 209 années après la naissance du Babbu, 127 ans après sa mort, un autre géant naquit au milieu des montagnes corses. Comme son illustre prédécesseur, il a lui aussi consacré sa vie à la défense de son île et de son peuple. Comme lui, il a inlassablement combattu pour la justice et pour la démocratie. Sa stature, comme celle de Paoli, a très largement dépassé les limites de la Corse. Elle a inspiré d’autres peuples minoritaires en lutte pour leur survie, de la Bretagne à la Kanaky, de l’Euskadi à la Catalogne. Cet infatigable combattant, modèle de courage et de dignité, vient de mourir à Ajacciu. Il s’appelait Edmond Simeoni. Il avait 84 ans.

                                                                                     J’ai eu l’honneur de le connaître, de le côtoyer, de collaborer et d’échanger avec lui. Je me souviens de notre                                                                                               première rencontre à Bastia, en 1978. Le grand homme m’intimidait. Sans doute m’avait-il d’ailleurs rapidement                                                                                             oublié, je n’étais alors qu’un tout jeune homme. Quant à moi, je ne devais jamais l’oublier, et nous nous sommes                                                                                           souvent revus, des années plus tard. La dernière fois, ce fut à Ajacciu le 10 novembre dernier, pour le lancement                                                                                         d’un livre auquel nous avions tous les deux collaboré, lui en qualité de préfacier et moi comme co-auteur[1]. Je                                                                                             n’oublierai jamais les ultimes paroles qu’il m’adressa, avant de m’embrasser pour la dernière fois. Il savait que je                                                                                           devais rentrer à Bastia le soir même et il me gronda d’être encore là aussi tard, me rappelant que mes parents, qui                                                                                       m’accompagnaient, étaient certainement fatigués et qu’une longue route nous attendait pour rentrer chez nous.                                                                                             C’était cela, Edmond. L’altruisme personnifié et le souci porté aux autres, tous les autres.

                                                                                     Edmond Simeoni était profondément corse. Mais il était aussi ouvert sur le vaste monde. Le nationalisme qu’il                                                                                               incarnait était loin d’être un nationalisme frileux fait de repli sur soi, un nationalisme intolérant ou xénophobe. Son                                                                                           nationalisme était humaniste, profondément fraternel et généreux. Souvent, il lui est arrivé d’évoquer devant moi sa                                                                                       parentèle établie aux Antilles il y a un siècle. Je me souviens de nos conversations au sujet de Chypre, cette autre                                                                                       île méditerranéenne. Je parvins sans difficulté à le sensibiliser au sort de ce peuple victime de l’invasion et de la                                                                                           colonisation. Je n’oublierai jamais sa participation, en 2017 et en 2018, à l’hommage rendu à Anne Frank dans le                                                                                           petit village de Pianellu et les paroles qu’il prononça au sujet cette jeune fille victime de la barbarie et de la Shoah.                                                                                       Edmond Simeoni, comme Pasquale Paoli avant lui, a su défendre son peuple tout en incarnant les valeurs                                                                                                     universelles de justice et de liberté.

Depuis l’annonce de son décès, les hommages, en Corse, se multiplient. L’île tout entière s’est figée dans un véritable deuil national. Même ses plus farouches adversaires politiques ont su, dignement, faire part de leur émotion et de leur respect pour le grand homme disparu. Nous étions des centaines à attendre devant l’oratoire San Roccu de Bastia, vendredi soir tard, malgré le froid, l’arrivée du corbillard qui ramenait son corps d’Ajacciu. Samedi et dimanche, ce sont des milliers de personnes qui ont fait la queue devant ce même oratoire afin de le voir une dernière fois et de présenter des condoléances à sa famille. Lundi, malgré le mauvais temps et les risques de chutes de neige, une foule nombreuse, venue de toute l’île, a convergé vers le village d’Edmond, Lozzi, dans le Niolu, pour assister à ses funérailles. L’église était beaucoup trop exiguë pour accueillir tout ce monde et des centaines d’hommes et de femmes sont restés sur le parvis, abrités par des parapluies et brandissant la bandera frappée de la tête de Maure. Des dizaines de milliers de personnes ont pu suivre la messe en direct, grâce à la télévision régionale. Cette messe était présidée par l’évêque de Corse, Monseigneur Olivier de Germay, et concélébrée par plusieurs prêtres du diocèse. Le diacre Franceschi a prononcé l’homélie. J’ai noté avec plaisir la présence, dans l’église paroissiale San Ghjacumu, du député pyrénéen Jean Lassale, grand ami de la Corse. La préfète de Corse, ainsi que le préfet de Haute-Corse avaient fait le déplacement et cela doit être salué. À la fin de la messe, Marc et Gilles Simeoni ont tous deux évoqué le médecin, l’homme politique, l’infatigable lutteur mais aussi et surtout le père attentif et aimant, avec beaucoup d’émotion et de sincérité. Max Simeoni, le frère aîné d’Edmond, était là, bien sûr. Je me souviens des paroles d’Edmond à son sujet. Il l’admirait tant et m’avait dit le considérer comme son « mentor », comme son modèle. L’un et l’autre ont consacré leur vie, chacun à leur manière mais de façon complémentaire, au combat pour l’émancipation de la Corse.

Les responsables politiques continentaux n’ont pas réagi à l’annonce du décès d’Edmond Simeoni, hormis des tweets remarqués venant de deux femmes, Ségolène Royal et Anne Hidalgo, dans lesquels elles ont eu l’intelligence d’exprimer leur tristesse et leur sympathie. Leurs tweets leur ont d’ailleurs valu des réactions haineuses d’ignares qui ne comprennent pas que des « républicaines » puisse rendre hommage à un « autonomiste ». Qu’ils sachent, ces Parisiens qui ne connaissent rien à la Corse et à son histoire mais qui se plaisent à éructer quotidiennement leur haine de la Corse et des corses à coups de tweets et de « posts » anonymes et venimeux, qu’Edmond avait une hauteur d’esprit et une grandeur d’âme bien supérieures à la leur et qu’il incarnait beaucoup mieux qu’eux les véritables valeurs de démocratie et de droits de l’Homme dont la France se targue d’être la patrie.

Les bien-pensants des salons parisiens semblent ignorer qu’avant même l’invention du mot « écologiste », Edmond Simeoni l’était déjà, lorsqu’il s’engagea, en 1960, contre le funeste et délirant projet gouvernemental d’essais nucléaires dans le massif de l’Argentella, près de Calvi. C’est cette première grande mobilisation du peuple corse depuis la libération de 1943 qui permit de faire reculer l’État. En 1972, Edmond fut un acteur de premier plan dans une nouvelle mobilisation populaire, cette fois pour s’opposer aux dérives d’une multinationale italienne, la Montedison, qui croyait pouvoir déverser en toute illégalité et en toute impunité ses boues rouges toxiques au large du Cap Corse.  À l’époque, l’inaction des pouvoirs publics français frisait la complaisance envers ce genre de pratique destructrice de l’environnement.  Même l’occupation de cave Depeille, à Aleria, en août 1975, avait une dimension écologique, puisque les militants qui participèrent avec Edmond à cette action entendaient dénoncer, entre autres, la production massive de vinasse trafiquée par quelques gros colons escrocs à qui les riches terres agricoles de la plaine orientale avaient été indûment octroyées par l’État. C’est cette occupation qui fit connaître le Dr Simeoni au grand public continental, du fait de son dénouement tragique, causé par un déploiement de force insensé et démesuré. La désinformation des grands médias français battit tous les records, avec une présentation des faits aussi mensongère que caricaturale, qui dépeignait Edmond et ses camarades comme des terroristes et des assassins. Pour cette action, Edmond et ses amis ont été jugés et condamnés par une cour d’exception, la Cour de sûreté de l’État de sinistre mémoire. Loin de quémander une quelconque indulgence de ses juges qui n’étaient que des accusateurs, Edmond Simeoni eut l’intelligence de transformer le banc des accusés en tribune et sa défense en acte d’accusation implacable contre les dérives de l’État français en Corse.

L’œuvre d’Edmond Simeoni est immense, même si, contrairement à son glorieux prédécesseur, Pasquale Paoli, il n’a jamais exercé le pouvoir. Il s’est contenté d’ouvrir la voie, de montrer le chemin. En cela, sa réussite est complète. La Corse qu’il nous laisse n’a rien en commun avec celle qu’il tentait de réveiller d’une trop longue léthargie, dans les années 60. Cette Corse-là était sous développée, moralement et structurellement. Elle était dominée par un système claniste archaïque, profondément pervers et totalement inféodé au pouvoir en place à Paris, quel qu’il soit. C’était la Corse des magouilles, des petits arrangements et de la fraude électorale. Quel chemin parcouru depuis ces années-là ! Les grandes propriétés coloniales de la plaine orientale ont été démantelées, les clémentines, les avocats et les agrumes ont largement remplacé la monoculture viticole et ils ont contribué au renom de la Corse sur le continent et ailleurs. Le vin produit par les viticulteurs corses a acquis une réputation d’excellence qui a fait oublier l’infecte piquette autrefois produite par Depeille et consorts. L’Université de Corse a enfin rouvert, 213 ans après avoir été fermée par l’envahisseur. La langue et la culture corses ont connu une formidable renaissance, même si ce combat est loin d’être terminé. Les listes électorales ont été apurées et les élections ont été remportées par les disciples d’Edmond Simeoni : la mairie de Bastia en 2014, puis les élections territoriales en 2015, les élections législatives en 2017, qui ont permis l’envoi à Paris de trois députés nationalistes sur quatre, et enfin, une victoire éclatante lors des nouvelles élections territoriales de décembre 2017. Les luttes de demain ne seront pas livrées par Edmond, mais ses idées et ses combats passés inspireront encore longtemps les leaders d’aujourd’hui et de demain pour arracher, enfin, un statut d’autonomie interne qui permettra aux corses de prendre en mains le développement de leur île. Cette autonomie, dont bénéficient depuis longtemps la Sardaigne voisine et les principales îles de la Méditerranée, est loin d’être acquise, comme avait pu le constater Edmond Simeoni lui-même lors de la lamentable visite présidentielle de février 2018. Lui qui avait souvent rencontré Mitterrand, qui avait négocié avec Pasqua, qui avait établi des rapports teintés de respect mutuel et de confiance avec Rocard, ne parvenait pas à comprendre l’attitude fermée et arrogante du jeune Macron. Il regrettait les reculs qu’engendraient cette attitude alors que les nationalistes corses avaient le leur côté multiplié les gestes de bonne volonté et d’ouverture.

Edmond Simeoni était devenu, au fil des ans, une autorité morale. Dans les années 80 et 90 il avait su se démarquer de la violence des clandestins, cette violence qui avait engendré de terribles et sanglants combats fratricides. Pour Edmond, le combat pour l’émancipation ne pouvait être que pacifique et démocratique. Les succès électoraux des nationalistes unis, de 2014 à 2017, ont prouvé combien il avait raison.

Le dernier combat d’Edmond Simeoni fut celui de la diaspora. Il souhaitait renforcer les liens entre la Corse et les corses de l’extérieur, ceux de France continentale, bien sûr, mais aussi ceux qui vivent éparpillés aux quatre coins du monde, sur les cinq continents. Pour cela, il avait fondé, voici quelques années, l’association Corse-Diaspora. En juillet dernier, lors de l’assemblée générale qu’il présidait à Corti, il m’avait demandé d’intégrer le conseil d’administration de cette association, ce que j’avais accepté avec grand plaisir car, étant moi-même issu de cette diaspora, je partageais son désir de renouer les liens avec tous les Corses et tous les amis de la Corse à travers le monde. La parution de notre livre « corses de la diaspora », avait réjoui Edmond et dans son allocution, prononcée à San Benedettu, dans la commune d’Alata, le 9 novembre dernier, il nous avait expliqué pourquoi il était impératif d’impliquer la diaspora dans le développement de la Corse. Aujourd’hui, il nous appartient de poursuivre cet ultime combat d’Edmond Simeoni.

Ces jours-ci, le contraste ne saurait être plus grand entre une France préoccupée par l’évolution du mouvement des « gilets jaunes » et par l’élection de Miss France et une Corse digne dans son deuil et rassemblée autour du cercueil d’Edmond Simeoni. Depuis vendredi, la mer qui sépare la Corse du continent français semble s’être soudainement élargie.

Merci à Edmond Simeoni pour tous ses combats. Merci pour son courage et pour ses leçons de dignité et de résilience. La Corse avait déjà, depuis le XVIIIe siècle, un « Babbu di a patria » en la personne de l’illustre Pasquale Paoli. En ce début de XXIe siècle, le Docteur Edmond Simeoni mérite lui aussi de porter dorénavant ce noble titre de père de la nation corse.

Addiu, caru Edmond !

Hervé Cheuzeville, 17 décembre 2018.

[1] « Corses de la diaspora », Scudo Édition, 2018, ouvrage coordonné par le Professeur Jean-Pierre Castellani.

Hervé Cheuzeville est l’auteur de huit livres et de nombreux articles et chroniques. Ses derniers ouvrages sont « Rwanda – Vingt-cinq années de mensonges » (Editions Vincentello d’Istria, 2018)  et « Prêches dans le désert » (Editions Riqueti,2017). Basé à Bastia, il présente une chronique hebdomadaire sur les ondes de Radio Salve Regina que l’on peut suivre en direct dans le monde entier tous les jeudis à 9 heures et à 12h30 ainsi que tous les samedis à 17 heures grâce à ce site internet: http://www.ecouterradioenligne.com/salve-bastia/ ).

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)