Eric ZEMMOUR

Eric Zemmour, serait sensible à se présenter à l'élection présidentielle...

Est-ce un leurre ? Comme en son temps Coluche avait lui aussi des velléités,

nous voyons aussi Jean-Marie Bigard être tenté par l'aventure... Sont-ce des

envies de faire parler d'eux ?

Vu le marasme politique français tout le mode a sa chance, surtout que ces

deux-là jouent dans le camp qui semble plaire aux français, l'extrême droite ?

Des français nostalgiques du nazisme, de l'ordre, de la marche au pas de l'oie ? 

C'est plus pathétique que ça, ils vénèrent ce qu'il ne seront jamais des héros. Pour cela, ce n'est pas très compliqué, choisir une cause juste et s'y impliquer à fond. J'ai dit "juste"... Défendre les oppressés, les pauvres, les faibles, pour cela faire comme le Prince Bakounine et non comme Zemmour qui ne sait qu'attiser, jeter de l'huile sur le feu.

Parlons un peu de lui et de ce que nous savons de cet homme frêle et "gringalaid" (faute, mise là exprès)... Gringoire me revient à l'esprit où Romain Gary si adulé, y publia deux nouvelles : L'Orage (le 15 février 1935), puis Une petite femme (le 24 mai 1935), sous son véritable nom, Roman Kacew. Lorsque le journal, considéré comme « fortement orienté à droite, puis à l'extrême droite », afficha des idées hostiles à l'arrivée en France de Juifs étrangers, Gary renonça à envoyer ses écrits, malgré l'importante rétribution versée à la publication (1 000 francs la page — six colonnes — en 1935).

Oui peu sont des Princes.

Plusieurs femmes accusent Eric Zemmour de violences sexuelles dans un article de Mediapart du 30 avril 2021. On ne peut pas dire qu'ils soient amis, certes. "Ce jeudi 29 avril, Mediapart, après un long travail d’enquête, publie les témoignages de plusieurs femmes qui accusent à leur tour Eric Zemmour de violences sexuelles. Aurore Van Opstal, journaliste et autrice belge, confie que lors d’une rencontre dans un café avec le polémiste près du Figaro, ce dernier lui aurait « caressé le genou avec sa main », sous la table et « serait remonté jusqu’à l’entrejambe » alors que le père de la journaliste se trouvait à côté d’eux. « J’étais tétanisée, sous le choc. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait », ajoute-t-elle. Une autre journaliste sous couvert d’anonymat a également rencontré Eric Zemmour dans un café près du Figaro. Leur rencontre ne se serait pas passée comme prévu. « Il n’arrêtait pas de me draguer (…) iI s’est penché et m’a embrassée. Il a mis sa langue et tout », a-t-elle déclaré auprès de nos confrères.

Selon les informations de Mediapart. Le 14 octobre 2019, lors de la première de Face à l’info, le chroniqueur aurait écrit un sms à la cheffe d’édition : « Zemmour l’appelait ‘ma belle’ et lui demandait qu’elle ajuste sa cravate le lendemain » , raconte un journaliste. Contactée, la cheffe d’édition n’a pas souhaité faire de commentaires.

Il y a quelques années, l’ancien chroniqueur d’On n’est pas couché officiait dans Ça se dispute sur i-Télé, devenue aujourd’hui CNews. Une maquilleuse de l’émission a raconté au média son expérience pénible avec l’éditorialiste. « Il m’a plaqué contre le mur et m’a dit : ‘Tu ne comprends pas que je veux baiser avec toi‘, a-t-elle raconté. Plusieurs autres femmes à l’accueil ou aux loges sur la chaîne racontent des expériences désagréables avec Eric Zemmour : « Il a passé sa main sur mes fesses », « Il s’approchait parfois très près pour dire bonjour », se souviennent-elle.

Médiapart a publié une enquête jeudi 29 avril sur des accusations d'agressions sexuelles à l'encontre d'Éric Zemmour. Après Gaëlle Lenfant, élue d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), plusieurs journalistes et employées dans des médias relatent des faits de sexisme et d'agressions sexuelles à leur tour.

Après les accusations d'agression sexuelle de Gaëlle Lenfant, élue d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à l'encontre d'Éric Zemmour, Médiapart révèle jeudi 29 avril que d'autres femmes ont été victimes du chroniqueur. Elles travaillaient dans des médias, comme maquilleuse, en loge ou à l'accueil au moment des faits qu'elles racontent."

Pas de mise en examen pour ces gestes, gestes qui traduisent ce que l'homme bien souvent quand il sent une autorité donne à celle-ci un pouvoir, et ce pouvoir se stigmatise par une sorte de droit de cuissage...

 Aurore Van Opstal (@AuroreVanOpstal) April 27, 2021 "Climat sexualisé"

Selon des sources, Éric Zemmour aurait fait jouer sa position et sa notoriété, ces employées craignaient pour leur emploi. Éric Zemmour n'a pas répondu aux demandes de Mediapart qui souhaitaient avoir son sentiment sur ces accusations. Aujourd'hui il s'agit d'Eric Zemmour, mais bien d'autres hommes se livrent à ce genre de "manipulations". 

Nous, les femmes, ne devons plus laisser passer cela et si nous avons une quelconque crainte d'intimidations, savoir que nous ne sommes pas seules et que nous pouvons être aidées.

Rosalie (n'hésitez pas à ouvrir les liens qui pointent vers des pages web...)

Régie Publicitaire

flora.jpg

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)