Marie-Agnès Artaud

 

Vit à Limoges, Thérapeute sociale.

 

Voir la bio en entier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles :

 

 

Charles Rojzman , comment définir en quelques mots la Thérapie Sociale ?

 

J’ai choisi d’écrire pour la première fois dans MEDIA CORSICA pour présenter la Thérapie Sociale

(à laquelle je me forme), discipline récemment inventée par Charles Rojzman.

 

La Thérapie Sociale est une discipline nouvelle, à la croisée entre la psychothérapie et la philosophie

politique. C’est une forme d’éducation à une véritable vie démocratique, où les débats et les conflits sont

reconnus comme nécessaires. Ce qui est loin d’être le cas actuellement : la violence dans les relations et

les échanges prédomine, exprimée au travers de peurs, de haines, de préjugés, ce qui nous empêche de

vivre ensemble.

 

  • Sur quels terrains intervient la Thérapie Sociale ??

La TS est pratiquée depuis 25 ans sur des terrains les plus divers, en France et à l’étranger. De nombreux

  professionnels qui vivent des situations difficiles (enseignants, policiers, élus...) y ont été formés. Elle

permet d’intervenir dans des situations où les gens n’arrivent plus à vivre et à travailler ensemble : dans

les banlieues françaises, aux USA dans les relations blancs/ noirs, au Moyen Orient, en ex-Yougoslavie,

au Rwanda… Actuellement dans la ville de Dresde (ex RDA) , une action d’envergure est menée (à la

demande de la municipalité ) par une équipe dirigée par Charles Rojzman . Dans plusieurs quartiers , les relations sont difficiles , voire explosives , entre les professionnels et bénévoles qui oeuvrent pour accueillir les migrants et les opposants à cet accueil (souvent sympathisants du mouvement PEGIDA). Ces personnes sont réunies et amenées à échanger , entrer en conflit , pour trouver ensemble des solutions pour faire cesser les violences . Une formation de psychothérapeutes et d’éducateurs y est également en cours ....

 

  • Et en ce qui concerne la Corse ??

La Corse d’aujourd’hui se trouve dans une situation difficile, héritée d’une histoire tourmentée. Pourtant, les prémices d’une autre manière de faire de la politique s’y font jour (les résultats des dernières élections en sont un signe fort). Je pense que grâce à l’aide de la Thérapie Sociale, la Corse pourrait devenir le laboratoire d’une vraie vie démocratique, qui comme je l’ai dit plus haut, consiste à accepter l’existence  des inévitables conflits, tout en maîtrisant les violences qui trop souvent empêchent précisément ces confrontations nécessaires.

 

  • Quelle est votre analyse des événements du quartier de l’Empereur ?

Je pense que les problèmes d’une partie de la jeunesse d’origine immigrée sont réels, mais que les corses ont bien réagi en n’acceptant pas toutes sortes de dérives dans ces quartiers, qui comme c’est le cas en France continentale, risquent de devenir des zones de non-droit. Je  pense que qualifier de racisme des réactions, certes virulentes, qui simplement réagissaient contre le fait que les règles de vie en commun étaient bafouées est un raccourci un peu hâtif.

Un travail de Thérapie Sociale mené dans ces quartiers pourra aider à faire respecter les principes de base de la vie collective, comme l’indispensable respect des services de secours et évitera les dérives violentes qui risquent de se reproduire, risquant de générer les séparations radicales et irréparables entre des populations qui sont amenées à vivre ensemble dans la même ville.

 

Interview réalisée le 2 mars 2016 . Marie-Agnès ARTAUD

Charles Rojzman

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)