Océane Myosotis

Mira'Belle Sensu'Elle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Signes particuliers : vit à St Raphaël. Ce petit bout de femme aux cheveux acajou a de beaux yeux noirs avec des reflets dorés ainsi qu’un grain de beauté sur la joue droite. En quête de l'homme idéal, elle aime les histoires d’amour passionnées, où l’alchimie des corps embrase les âmes des amants !

Et voici l'une des nouvelles écrites par Océane :

Mon Histoire d'O...

L'illustration d'Océane Myosotis a été réalisée par : Olivia Franceschi, graphiste illustratrice originaire de Haute-Corse.

 

Son blog : Love etc.

Pulsion de vie & Manne d’amour… Ero’Topic ?

 

La vie, une pulsion. L’amour, une manne…

Etre animé par l’envie de vivre. Avoir la chance d’aimer et d’être aimé.

De la vie émane l’amour. De l’amour émane la vie.

La pulsion de vie. Eros. Erotisme ? Sensualité ?

 

La sensualité selon Pierre Louÿs « est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel. Ceux qui n'ont pas senti jusqu'à leur limite, soit pour les aimer, soit pour les maudire, les exigences de la chair, sont par là même incapables de comprendre toute l'étendue des exigences de l'esprit. De même que la beauté de l'âme illumine tout un visage, de même la virilité du corps féconde seule le cerveau ».

 

Ce passage, extrait de la préface du livre « Aphrodite », évoque bien le lien qui existe entre le corps et l’esprit, entre le charnel et l’intellectuel.  

 

Dieu de l’amour charnel, Eros (ou Cupidon pour les Romains) est le fils de la déesse Aphrodite, déesse de l’amour et de la beauté (Vénus pour les Romains), qui l’aurait conçu, trois paternités à envisager : soit avec Hermès, le messager des Dieux (Mercure pour les Romains), soit avec Arès, le Dieu de la guerre (Mars pour les Romains) soit encore avec Chaos, qui est l’incarnation primitive de la nature !

 

Principe originel assurant le développement et la cohésion du Cosmos, Eros est une force fondamentale, c’est l’instinct qui pousse les dieux, les déesses, les hommes et les femmes à s’unir, à se reproduire.

 

Eros a aussi été une source d’inspiration pour le père de la psychanalyse. La libido (c’est-à-dire les pulsions sexuelles) est en effet définie par Freud comme étant toute l’énergie provenant de l’Eros.

 

Pour revenir à la mythologie, Eros a deux compagnons, Pathos (la Passion) et Himéros (le Désir), avec lesquels il pimente la vie des Dieux et des hommes. Et puis un beau jour le Dieu de l’amour charnel tombe amoureux d’une mortelle : Psyché, belle jeune fille symbolisant l’âme humaine. S’ensuivent alors maintes péripéties durant lesquelles Psyché vit un véritable calvaire. A l’issue de l’une des épreuves auxquelles elle est soumise, elle est admise parmi les immortels. Zeus accepte finalement de consacrer l’union d’Eros, l’Amour, avec Psyché, l’Ame.

 

Croire en l’Amour, le seul, le vrai, celui qui anime le corps, l’âme et l’esprit, est-il une utopie ? A ce propos, « Utopie » est un mot introduit par Rabelais en 1532, nous dit Yves Simon dans son roman « Le prochain amour ». Nom propre d'un pays imaginaire, d’après l'étymologie grecque, u-topie signifie « en aucun lieu ».

 

Si ce qui est u-topic n’a pas de lieu, l’Ero’Topic ferait quant à lui référence au « lieu de l’amour » ! Un autre pays, imaginaire celui-ci ?

 

Réponse avec « Emmanuelle », un film sorti en 1974, adaptation du roman éponyme d’Emmanuelle Arsan. Jeune mariée, Emmanuelle se voit confiée par son époux à Mario, un homme plus âgé, et donc plus expérimenté. Pourquoi cette démarche ? Pour lui faire franchir cette frontière qui la sépare d’un pays généralement interdit. Celui de l’érotisme… Scène finale du film. Dernière épreuve de ce voyage initiatique. Mario interroge Emmanuelle :

 

Mario : Comment concevez-vous l’érotisme ?

Emmanuelle : Et bien, c’est, comment dire… C’est le culte du plaisir des sens.

Mario : Pas du tout. Ce n’est pas purement un exercice des sens. C’est au contraire un mouvement de l’âme… Une école. Un art qui aide à humaniser les actes sexuels. C’est renoncer au subterfuge au profit de la lucidité.

Emmanuelle : Et bien, si c’est ça, ce n’est pas très tentant. En somme, l’érotisme, c’est le contraire de faire l’amour…

Mario : C’est surtout, à travers l’amour, l’effort que fait l’homme pour rompre avec le quotidien. C’est la victoire du rêve sur la nature… (…) Il faut partir du corps pour aller vers l’autre… Et vers soi-même. Il faut dénouer un bâillon. (…) Peupler votre tête de plus de sensations que ne peuvent en donner tous les hommes de la terre. Il faut se servir de l’insolite. (…) L’amour vrai, le véritable amour, est toujours contre nature. L’amour véritable, c’est l’érection. Ce n’est pas l’orgasme. (…) Il faudrait mettre le couple hors-la-loi. Il faudrait de force y faire rentrer quelqu’un. Une troisième personne.

Emmanuelle : Vous ne voulez pas de moi, n’est-ce pas, Mario ?

Mario : C’est une autre que je veux. Une autre Emmanuelle. Celle que je ne connais pas encore et que vous ne connaissez pas vous-même. Il faut arriver à l’inconnu par le dérèglement de tous les sens…

Puisant dans les correspondances de Charles Baudelaire, Rimbaud évoquait déjà ce « dérèglement de tous les sens » dans une Lettre à Paul Demeny, datée du 15 mai 1871 : « Je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant. Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences ».

 

Si Baudelaire a été le premier à faire le lien entre les parfums, les couleurs et les sons, le premier à évoquer la magie des sensations, avec Rimbaud, le dérèglement des sens aboutit à une fusion entre monde intérieur et monde extérieur, entre imagination et pensée, entre rêve et réalité… Entre amour charnel et pulsion de vie.

 

L’érotisme, manne ou manie ? Qui dit manie dit érotomanie, terme venant du grec erotomania : de eros, « amour », et mania, « délire ». Définition de l’érotomanie par J.-É. Esquirol dans le tome XIII du Dictionnaire des sciences médicales, datant de 1815 : « L’érotomanie consiste dans un amour excessif, tantôt pour un objet réel, tantôt pour un objet imaginaire. C’est une affection mentale, dans laquelle les idées amoureuses sont fixes et dominantes. (…) L’érotomane est le jouet de son imagination ».

 

L’imagination chez l’érotomane pourrait déborder à ce point d’amour qu’elle deviendrait obsession ? Ou l’imagination en matière d’érotisme serait-elle une manne, c’est-à-dire une aubaine, un avantage inespéré, une chose providentielle ? Avec un ptit clin d’œil à cette autobiographie intitulée : « Eros ou l’Auto-Manne ».

 

Oui ! C’est bien une providence, une chance, un avantage assurément que de savoir cultiver son érotisme, et ainsi entretenir sa pulsion de vie.

 

L’imagination en fusion…

De cette fusion nait l’effusion.

Parfum d’absolu. Concentré de volupté.

Terre inconnue. Sillage d’éternité.

Alchimie du désir grandissant en même temps que la complicité.

L’émotion. L’intensité. Histoire d’O.

« O » comme Ode à l’amour et à la sensualité…

A noter, cet article est illustré par la vidéo « Do what U want », à (re)découvrir en cliquant sur le titre.

A noter également, il existe une version (plus) longue de cet article, à (re)découvrir en un CLIC ICI.

 

Océane Myosotis
Mira'Belle Sensu'Elle

.

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)