Mort d'Yvan Colonna : des dysfonctionnements
et
de nombreuses questions en suspens...

Publié le 22/03/2022 21:04Mis à jour le 22/03/2022 23:03

 

Article rédigé par N.Perez, A.Gaucher, M.Birden, A.Boulet - France 2 / France Télévisions 

20 Heures Édition du mardi 22 mars 2022

 

C'est ce que titrait France 2 le 23 mars, et depuis plus rien, comme si tout était oublié...

Certes les Français ont la mémoire courte, et nous les Corses ?

Probablement autant car ne sommes-nous pas Français ?

Certains souhaitent que nous quittions la France pour la laisser tranquille, je pense.

Cela a été identique avec les Basques et les Bretons si je me souviens bien...

Toujours est-il que décède après une agression un jeune Corse, qui a toujours nié avoir été l'assassin du Préfet Erignac, et qui a été condamné sans preuves.

Où en est l'enquête sur les responsabilités de cette agression sur un détenu "particulièrement surveillé" ?

Les premières conclusions de l'enquête administrative sur l'agression d'Yvan Colonna à la prison d'Arles, ayant entraîné sa mort le lundi 21 mars, seront connues au mois d'avril. La responsabilité de l'État est d'ores et déjà pointée par l'opposition.  

Que s'est-il réellement passé, le 2 mars 2022, derrière les murs du centre de détention d'Arles (Bouches-du-Rhône) ? Au rez-de-chaussée du bâtiment, à 10h30, le détenu Yvan Colonna est seul dans la salle de sport, allongé face au sol. Un surveillant laisse alors entrer un autre détenu, également auxiliaire de ménage. L'homme referme la porte, et agresse Yvan Colonna. Durant neuf longues minutes, personne n'intervient, pas même le surveillant, posté dans le couloir. Ce dernier ne remarque pas que la porte est fermée, alors que le règlement impose de la laisser ouverte. 
 

De nombreuses questions en suspens 

La vidéosurveillance pose également question, puisque deux caméras sont installées dans la salle de sport. Les images sont diffusées parmi les 54 écrans du PC sécurité. Si un surveillant était bien présent au moment de l'agression, le directeur, Laurent Ridel, indique qu'il était occupé à d'autres tâches. Enfin, le profil de l'assassin présumé d'Yvan Colonna, un islamiste radical condamné pour terrorisme, interroge. Il était jusqu'en 2020 incarcéré dans une autre prison, puis a été transféré à Arles. 

Pourquoi ce transfert, et pourquoi a-t-il été autorisé à travailler comme auxiliaire de ménage ?

Autant de questions auxquelles devront répondre les enquêtes judiciaire et administrative. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a évoqué un "dysfonctionnement très grave".

Les conclusions de l'enquête seront connues au début du mois d'avril. 

yvan.webp
gloria.jpg