Odile de Petriconi

 

Vit à Bastia

Articles :

- Entrée livre 

 

 

 

Terre de Crète :

Il n'est jamais aisé de parler d'un livre oeuvre d'art, cette "Terre de Crète" de Maddalena Rodriguez-Antoniotti, l'est à plus d'un titre.

- D'abord du fait de sa présentation. Bel ouvrage bilingue français-grec, privilégiant la photographie par rapport au texte. Ce superbe livre contient 32 photographies couleur réalisées par Maddalena Rodriguez-Antoniotti avec un appareil argentique (Voigtländer) datant de 1938.

- Ensuite parce qu'il s'agit d'un travail d'équipe réalisant plusieurs talents, Maddalena Rodriguez-Antoniotti artiste complète, Allain Glykos, écrivain, talentueux préfacier dudit ouvrage et Xavier Dandoy de Casabianca, directeur des éditions Eoliennes, lui aussi artiste aux multiples facettes, qui n'a de cesse de produire des livres de très grande facture.

 

L'ouvrage :

La présentation est sobre et élégante, les photographies se suffisent à elles-mêmes, n'étant accompagnées que d'une courte légende, et le lecteur prend plaisir à les découvrir, à s'attarder au fil des pages en prenant le temps de les contempler, de s'y poser voire même de s'y reposer.
Tout comme la Corse, la Crète est une montagne dans la mer. Volontairement Maddalena a tourné le dos à la civilisation et à l'urbanisme pour se consacrer aux paysages vierges de toute présence humaine. A peine aperçoit-on quelques ruines, des terres cultivées, des troupeaux ou quelques ruches. La parole a été donnée à la terre, et comme au théâtre c'est cette belle terre de Crète qui est sur le devant de la scène, l'homme faisant preuve d'un peu de modestie reste dans les coulisses.

 

L'ouvrage s'articule ainsi :

- Une élégante préface d'Allain Glykos dont voici l'incipit : "Etre en Crète, se trouver seul et penser qu'il faudrait être juste un peu plus loin auprès de personne. Marcher, marcher comme si la Crète vous portait en apesanteur jusqu'à frôler de votre peau la terre pour dessiner les contours de vos errances, de vos menaces intimes.

Alors, surgissent les ombres des siècles, celles des hommes et des femmes qui les ont parcourus à coups d'araire, de serpe, de fusil, de mandili noir de yatagan, de lutte haute, d'humiliation, de prière et de fuite dans les montagnes, loin des rivages convoités, violés mille fois. Nul besoin de les montrer, impudique mise en scène, quand les monts, les plateaux, les champs évoquent leur sueur, suggèrent leurs silhouettes courbées mais fières jusqu'au suicide. Les photos qui vous attendent, suggèrent qu'ils existent tantôt rudes, tantôt évanescents. Elles sont un murmure à peine susurré aux lèvres des absents." (...) A. G.
- En prologue aux 32 photographies de Maddalena, cette citation tirée du roman Alexis Zorba de Nikos Katzantzakis : "Ce paysage crétois ressemblait, me parut-il, à la bonne prose. Il exprimait l'essentiel avec les plus simples moyens. Il ne badinait pas, refusait d'utiliser le moindre artifice. Il disait ce qu'il avait à dire avec une virile austérité. Mais entre les lignes sévères, on distinguait une sensibilité et une tendresse imprévue." N. K.
- Les photographies sont les témoignages harmonieux des territoires de Crète (La Canée, Rethymnon, Heracklion, Lassithi) totalement étrangers au marketing touristique qui dénature et abîme les plus beaux sites. Ces clichés ont été réalisés volontairement par Maddalena Rodriguez-Antoniotti à la fin de l'hiver et au tout début du printemps. Maddalena a eu naturellement des préoccupations d'ordre esthétique qui l'ont conduite à fuir les premiers plans, les horizons bouchés et l'omniprésence des oliveraies. Elle a souhaité retenir et partager des atmosphères, utilisant bien à propos son appareil vintage afin de restituer "l'esprit de la terre" dont parlait Federico Garcia Lorca.

- La postface rédigée par Maddalena Rodriguez-Antoniotti, dont voici les premières lignes : "Le tourisme étant la grande occupation de l'Occident, une île de Méditerranée est, pour sûr, un beau sujet commercial. Ne vend-on pas à ceux qui vivent sous des cieux de nuages (au sens propre comme au sens figuré) l'inépuisable poésie de la mer allée avec le soleil tous les jours de l'année? Même s'il y a de la férocité dans le bleu d'un ciel méditerranéen (férocité et absolu), c'est bien ce pays-paysage mythique, cette splendeur idéale qui constituent la récompense et la consolation de toute espèce de citadin. Pourtant nul désir de rivage, nul besoin d'un bonheur sur mesure ne m'ont déterminée à partir en Crète." (...) M. R.A.

 

Présentation rapide du préfacier et de l'auteure :

- Allain Glykos est né d'un père grec et d'une mère charentaise.Enseignant de philosophie à l'Université de Bordeaux, il poursuit parallèlement une activité d'écrivain. Il a publié une vingtaine d'ouvrages.
- Maddalena Rodriguez-Antoniotti, est une historienne de formation qui a poursuivi des études supérieures à Paris avant d'enseigner en région parisienne. Elle a choisi ensuite de venir vivre en Corse, terre natale de ses parents. Elle abandonne alors l'enseignement pour devenir peintre. Puis elle expérimente la photographie, uniquement argentique. Ses oeuvres (peintures abstraites ou photographies) font l'objet de nombreuses expositions ainsi que de commandes et d'acquisitions publiques. En 2008, elle obtient le Grand Prix des Arts Plastiques (en photographie) décerné par la C. T. C. De 1991 à 1998, elle initie et organise en Haute Corse une importante manifestation d'art contemporain, "Le parcours du regard" qui accueille de très grands artistes. Maddalena est aussi l'auteure de plusieurs ouvrages "Comme un besoin d'utopie", "Bleu Conrad", "Corse, éloge de la ruralité". "Bleu Conrad ou Le Destin méditerranéen de Joseph Conrad" a été adapté au théâtre et à la télévision.

 

L'actualité de Maddalena Rodriguez-Antoniotti :

- Du 27 avril au 10 juin 2018, exposition personnelle au Musée de Bastia , "C'est ça la beauté d'un port", articulée autour d'une série de dyptiques photographiques.
- De juin à décembre 2018, participation à la grande exposition temporaire, "Identita, les Corses et les migrations, XVIIIe - XXIe siècle".

Ses projets :

- Résidence photographique en Sicile dans le courant 2018, pour achever la trilogie sur le paysage (Corse, Crète, Sicile) avec un corpus inédit qui intéresse le MUCEM à Marseille.

- Parution à la fin 2018 d'un récit-témoignage de ses années militantes en région parisienne, à l'occasion des 50 ans de mai 68.
Terre de Crète de Maddalena Rodriguez-Antoniotti (ISBN 978 2 37672 003 4)

Xavier Dandoy de Casabianca - Editions Eoliennes - www.editionseoliennes.fr

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)