Louis

Militant...

*Le terme décrit souvent quelqu'un qui est payé pour rendre des services divers chez un particulier. Les tâches pour lesquelles un homme à tout faire est employé peuvent être aussi simples qu'une réparation d'évier, ou aussi complexes que la remodélisation d'une salle de bains. Quelques-uns sont plus habiles que d'autres et exécutent plus que des réparations juste générales. Un bon homme à tout faire est habile, adroit, a le sens pratique et est compétent. Quelques bricoleurs sont déclarés et assurés. Certains ne le sont pas. Il y a différentes lois pour des juridictions différentes et l'assurance n'est pas toujours exigée (aux États-Unis). Pour des raisons de sécurité, la plupart des juridictions refusent aux bricoleurs de travailler sur la plomberie, (ils peuvent entreprendre des travaux mineurs comme le remplacement de robinets, l'installation de nouveaux lavabos ou machines à laver, etc.) la télégraphie électrique ou la manipulation d'appareils à gaz sans avoir obtenu une licence dans le commerce applicable. Tandis que beaucoup d'hommes à tout faire peuvent être trouvés par les méthodes traditionnelles (une référence, un moteur de recherche, l'annuaire du téléphone, le journal, etc.), certains sont loués pour un travail à la journée sur les parkings de quincailleries locales (aux États-Unis). Puisque l'on donne souvent accès aux bricoleurs à l'intérieur, la fiabilité de l'employé est un sujet de crainte pour les entreprises qui les embauchent.

 

Autre interprétation

A handyman en anglais fait aussi référence à l'acte de masturbation

"Benalla gate" interrompt la Réforme constitutionnelle !

"Dans la longue série des scandales révélés au sommet de l’Etat, de septennat en quinquennat, celui des fonctions occultes de ce factotum répressif de 26 ans, officiellement responsable de la sécurité dans le cabinet du Président, probablement « homme à tout faire* » en contact direct et permanent avec Emmanuel Macron, restera dans les annales.

L’édifice qui est ébranlé par la révélation des agissements incontrôlés d’Alexandre Benalla n’a pas fini de subir les conséquences de la secousse provoquée par la diffusion, deux mois et demi après les faits, d’une vidéo le montrant en train de molester brutalement des manifestants pacifiques au milieu de forces de l’ordre rendues inertes par son statut de « protégé du Président ».
Mi-barbouze, mi-favori de la cour présidentielle, Alexandre Benalla apparaît en toutes occasions, sur les photos publiées par la presse, auprès du Président, l’oreillette vissée et la dégaine virile : à vélo, au Salon de l’Agriculture, recevant les champions du monde de football, etc.. Son statut « hors norme », qui en impose aux Ministres et aux gradés les plus haut placés de la hiérarchie policière, alors qu’il a à peine 26 ans et aucune compétence particulière, est révélateur d’un pouvoir discrétionnaire alimenté depuis le sommet de l’Etat.
La Chambre des députés est la caisse de résonnance de ce scandale, à travers une commission d’enquête concédée à contrecoeur par la majorité parlementaire qui soutient le Président. Depuis, c’est la valse des auditions publiques, Ministre de l’Intérieur en tête. Les plus hauts gradés de la Préfecture de police de Paris, qui avaient doté le nervi officiel de l’Elysée d’un casque, d’un badge et d’un talkie-walkie indispensables à l’accomplissement de sa bavure, se défaussent sur son « autorité hiérarchique », à savoir le chef de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda qui s’en trouve menacé de démission.
Accaparée par ce scandale à répétition, et incapable de légiférer sereinement, l’Assemblée a même décidé de renvoyer à septembre l’examen de la loi de révision constitutionnelle qui devait être achevé avant l’été. C’est dire si le retentissement est considérable !
Le sommet de l’Etat subit de plein fouet un « effet papillon » dont on ne sait plus où il s’arrêtera, parti d’un simple fait divers pour devenir une affaire d’Etat de portée internationale. Comme l’avait été, en son temps, le fameux Watergate.
La Corse, qui a connu des barbouzes qui maniaient bien plus que des coups de poing et qui sont allés, sortant des Préfectures, jusqu’à attenter à la vie de militants démocratiques, aurait bien aimé que pareil scandale éclatat quand il a été mis à jour, particulièrement lors de l’affaire Bastelica Fesch. Mais tout a été étouffé pour que jamais la vérité ne soit connue. Dans le grand déballage de l’affaire Benalla, aucun « organe vital » de l’Etat n’est en cause. Quelques fusibles sauteront, la fièvre politique et médiatique finira par retomber. Ne restera que la courbe sondagière que chacun scrutera au fil des semaines et des mois.
En attendant nous avons confirmation que la France est de plus en plus sous un régime « présidentiel absolu », et que la nature du pouvoir pyramidal tel que le conçoit tout bon jacobin est plus que jamais présente. Les contre-pouvoirs sont alors réduits au silence, y compris la haute administration policière, et Emmanuel Macron vient subitement de révéler sa vraie nature. Celle d’un « bonapartiste » assoiffé de pouvoir personnel."

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)