Richard Ferrandi

 

Voir la bio en entier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spécialiste

 

Son Blog RSE

 

Son actualité :

 

 

       Chronique responsable d’un électron libre    

 

Lorsque j’ai commencé cette article  sur le développement durable  j’ai amassé un grand nombre de livres sur le sujet, j’ai tout déposé  sur mon bureau et j’ai attendu, j’ai regardé longuement ce gros tas en désordre il fallait maintenant résumer tout ce que je lisais depuis des années. Pierre Paul Battesti me mettait la pression pour aller vite, j’ai regardé encore et encore…

Un livre est tombé il s’appelait « le petit prince de la qualité : c’était le renard qui posait naïvement  des questions au petit prince sur la démarche qualité, de cette idée est née l’idée de ce blog sur le développement durable et son corollaire la RSO la responsabilité sociétale de organisations. »

Ce travail m’est apparu : 

  • A la fois colossal, par son périmètre (la planète)  et son champs d’application (toutes les actions que nous réalisons et partageons en lien ou non avec tous les évènements que nous ne maitrisons pas, waouh …  Ainsi l’espace du développement durable est sans limite.

  • Mais également très facile dans la mesure, ou  il s’agit de l’homme simplement  qui  doit choisir. Il se déplace  arrive sur  un  rondpoint,   croise la société (la première sortie à droite), l’environnement  deuxième sortie, enfin l’économie avec la dernière  sortie,  il suffit de prendre la bonne direction dans son univers.

 

Le GPS avec sa voie mécanique tintée de féminité  annonce sans arrêt : « au rond-point prenez la première sortie à droite ou les autres si vous voulez ! », il regarde sa feuille de route numérisée, s’arrête  et se questionne longuement sur son itinéraire. Sa décision engage son avenir et celui de ses passagers de tout âge, ces derniers  donnent chacun leur point de vue sur l’itinéraire à suivre dans une cacophonie pas possible, c’est le monde tel qu’il est et pas comme il devrait être.

 

Il est difficile de faire un choix singulier  dans un monde complexe et  pluriel à  x dimensions, pour choisir dans un contexte  matriciel d’ordre et de chaos, entre l’écologie, le territoire, l’éthique, la richesse, la santé, la diversité... et l’espace. 

 Nous avons choisi d’observer l’attitude des hommes à partir d’un grand voyage comme le petit prince, avec sa candeur et sa rigueur pertinente, avec un angle diffèrent, l’infiniment petit.

 

J’avais oublié de vous dire que le «  voyageur  » est un électron libre imaginaire, une poussière qui a commencé un  voyage aux grés des courants d’énergie il s’appelle Web 2 DD, sa femme Molécule DD est à côté de lui, tante Oxygène à l’arrière de la nano météorite calme Neutron et Posidonie  les enfants. Notre voyage sur la planète développement durable s’appuiera sur ces personnages qui ont une vision simple et assez naturelle de ce que nous trouvons et rendons souvent très compliqués.

De cette rencontre entre le développement durable, vous et l’auteur naitra un véritable échange, un partage ou chacun s’enrichira au contact l’un de l’autre. La première partie sur le voyage de « la famille à DD »  est là simplement pour introduire la thématique d’actualité, qui sera analysé au regard de différents outils et de bonnes pratiques. Les toutes premières chroniques porteront  sur des définitions et du vocabulaire qui simplifieront la suite des échanges. Merci d’avoir ouvert cette page, à bientôt avec « la famille à DD ».

 

La première définition par trop récurrente du développement durable est apparue dans « Our Common Future en 1987 » : un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre les capacités des futures à répondre aux leurs».

Pour résumer ce  que nous avons vu le développement durable est la combinaison de sphères économiques, sociales, environnementales, permettant d’atteindre un équilibre pérenne pour l’humanité et l’ensemble de la planète. C’est la combinaison et l’interdépendance des différentes dimensions du développement durable qui représente sa richesse et en font un véritable challenge.

La notion de choix, pour une personne ou une organisation est fondamentale, elle s’appuie sur une prise de responsabilité. La responsabilité sociétale des organisations (social en anglais), est appelée communément la RSO ou  RSE lorsqu’il s’agit d’entreprise. La définition suivante en est donnée : La responsabilité d’une organisation vis à vis des impacts de ses décisions et activité sur la société et sur l’environnement se traduisant par un comportement transparent et éthique qui contribue au développement durable, y compris la santé et le bien-être de la société, et prend en compte les attentes des parties prenantes.

 

 Oxygène : « Ces parties prenantes ca a pas l’air simple, c’est quoi ? »

Web : « Les parties prenantes,

  • internes (appartenant à  la structure : les personnels)

  • et externes (en dehors de la structure comme le médecin du travail),

Participent directement ou indirectement à une action liée à l’organisation : Quand tu vas faire réparer ta voiture c’est toi, le garagiste, le fournisseur de pièces de rechange, le banquier qui va verser le chèque sur ton compte,  qui sont les parties prenantes. »

 

L’iso 26000 qui est la norme internationale de référence  sur le développement durable définit la partie prenante comme un individu ou groupe ayant un intérêt dans les décisions et activité d’une organisation.

 Le dialogue avec les parties prenantes est l’activité dont  le but  est d’éclairer les décisions de l’organisation. C’est un peu comme les enquêtes de satisfaction clients dans le domaine de la qualité, mais en plus large. Le Dialogue avec les parties prenantes permet de définir les attentes de ces derniers pour permettre à l’organisation de prendre la bonne décision.

Cette norme de développement durable définit également des thématiques que l’on appelle des questions centrales qui sont au nombre de 7. On peut les citer :

  • La gouvernance.

  • Le droit de l’homme (droit humain).

  • Les relations et conditions de travail,

  • L’environnement,

  • La loyauté des pratiques,

  • Les questions relatives aux consommateurs,

  • La communauté et le développement local.

 

Posidonie : « on arrive quand ? J’ai envie de faire de l’environnement parce que j’ai trop fait le consommateur, et que les relations condition de travail sont difficiles, et le droit des enfants pas respecté. 

Neutron : tu dis n’importe quoi.

Posidonie : ce n’est pas vrai,  j’ai envie de dégazer parce que j’ai trop consonné de méthane  à midi,  et on tourne depuis trop  longtemps sans faire de pause, si tu le dis à papa ce n’est pas loyal et comme c’est le chef tu vas t’en prendre une. Tu comprends le développement durable maintenant. »

 

Tandis que les enfants se chamaillent, Web, Oxygène et Molécule ont choisi collégialement en bonne gouvernance leur destination:

La Collectivité Territoriale de Corse.

 

Web fait son plein d’énergie en s’accrochant à un rayon gamma, c’est parti avec son  vaisseau le  « Maybe Air Line »  pour le nouveau voyage de la famille à DD.   

La Destination est fixée : Ajaccio

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)