Guerre en Ukraine : Elizabeth II prend une décision radicale

Claudia Ferreira | mer. 16 mars 2022 à 11h09 - Mis à jour le mer. 16 mars 2022 à 11h21

Quand les Britanniques s'enflamment ils tiennent bon... 

Après avoir fait une généreuse donation à l'Ukraine, Elizabeth II affirme une nouvelle fois son opposition à Vladimir Poutine. Selon nos confrères du Guardian, la reine d'Angleterre a boycotté la Russie avec un geste fort et symbolique.

Après la France, l’Allemagne ou encore les États-Unis, c’est au tour de la couronne britannique de s’opposer à la politique de Poutine. Si d’ordinaire la famille royale d’Angleterre ne prend pas part aux débats politiques, cette fois-ci elle a clairement affirmé son soutien aux Ukrainiens qui subissent une invasion russe depuis plusieurs semaines. C’est par un geste fort et symbolique, qu’Élizabeth II a boycotté l’ancien agent du KGB. Selon les informations du journal The Guardian, de ce mardi 15 mars, la collection d’art de la reine a retiré son autorisation d’exposer certaines de ses pièces au musée du Kremlin, à Moscou.

Parmi elles, trois épées datant du XVIIe siècle, un casque de cavalerie, une cuirasse de la guerre civile, un gantelet de duel du XVIIe siècle et une armure Henry VIII gravée prêtés pour l’exposition sur les duels, parrainée par Alisher Usmanov, un oligarque russe et ancien escrimeur. Proche de Vladimir Poutine, l’athlète est lui aussi touchés par les nombreuses sanctions imposées par l’Union européenne et les États-Unis. Une décision justifiée par un porte-parole de la collection de la reine : "En raison de l'escalade de la situation en Ukraine, les armureries royales ont rappelé les articles prêtés".

La remarque peu protocolaire d'Elizabeth II sur Vladimir Poutine

Ce n’est pas la première fois que la souveraine de 95 ans se montre cinglante envers l’opposant de Volodymyr Zelensky. En juin 2003, alors que Vladimir Poutine se rend à Londres, David Blunkett, l'ancien ministre de l’Intérieur, le rencontre lors d'une cérémonie. Aveugle, l’ancien Home Secretary est accompagné de son chien-guide qui se montre particulièrement méfiant envers l'invité de la couronne. "La seule fois où j'ai rencontré Vladimir Poutine, c'était en 2003 lors d'une visite officielle et mon chien de l'époque a aboyé très fort", a-t-il confié à la BBC, comme le rapporte La Libre. Ce à quoi, la grand-mère du Prince William lui aurait répondu : "Les chiens ont des instincts intéressants, n'est-ce pas ?" Une remarque peu protocolaire qui en dit long sur ce que pense Elizabeth II.