Journée des femmes à Bastia : l'un des conférenciers contraint de se retirer après une polémique sur les réseaux sociaux :

Eugène Gherardi, l'un des trois conférenciers programmés par la Communauté d'Agglomération de Bastia, a annulé son intervention, pressé par certains internautes. La raison de leur mécontentement : trop d'hommes pour parler des femmes. 

Publié le 08/03/2021 

Eugène Gherardi a annulé sa conférence pour la journée des droits de la femme  Haute-Corse Grand Bastia

"J'ai été particulièrement choqué, reconnaît Eugène Gherardi, professeur à l'université de Corse. J'ai les nerfs suffisamment solides pour résister à quelques commentaires sur les réseaux sociaux. Mais ce qui m'a beaucoup gêné, c'est la manière dont cela s'est fait".

Les hommes parlent des femmes

Le 3 mars dernier, la Communauté d'Agglomération de Bastia poste sur Facebook et Twitter l'affiche de la série de conférences qu'elle organise à l'occasion de la journée des droits de la femmes, le 8 mars. Au programme, trois conférences qui s'étalent sur une semaine. 

C'est Eugène Gherardi qui doit inaugurer le cycle, avec une intervention intitulée "Femmes corses, les grandes oubliées de l'Histoire". 
"J'avais été contacté au mois de décembre par la CAB, et j'étais plutôt réticent, en raison d'un agenda particulièrement chargé. Mais j'ai fini par accepter. J'étais loin d'imaginer les réactions que tout cela susciterait". 

Très vite, en réaction au post de la CAB, les commentaires sarcastiques affluent. Certains internautes soulignent l'ironie de conférences sur les femmes faites par des hommes. Des dizaines de messages critiquent les choix de la CAB en matière d'intervenants. 

"Les critiques sont venues de personnes se dissimulant derrière l'anonymat, mais également de personnalités ayant pignon sur rue, déplore Eugène Gherardi. Mais il n'y a pas que les réseaux sociaux. J'ai également reçu de nombreux SMS". Une polémique stérile et absurde. Eugène Gherardi

Eugène Gherardi décide alors que se retirer de l'affiche, et d'annuler sa conférence, la veille de l'événement. "Il n'était pas question pour moi de prendre la place d'une femme, j'ai juste répondu à une sollicitation de la CAB. Lorsque j'ai donné mon accord je n'avais pas connaissance du programme. Je l'ai découvert en même temps que le public. Alors, tandis que cela montait en pression, j'ai préféré me retirer. De toute manière dans ce genre de situation, on devient vite inaudible, peu importent les explications que l'on apporte. On ne fait qu'alimenter une polémique stérile et absurde".

La communauté d'agglomération de Bastia, qui n'a pas encore répondu à nos sollicitations, a trouvé dans l'urgence un remplaçant à Eugène Gherardi. Un autre homme, Jean-Michel Pedinielli, du laboratoire de la mixité professionnelle, pour donner une conférence au sujet du sexisme dans les territoires.
Une modification qui ne devrait pas vraiment apaiser les mécontent(e)s.  Sébastien Bonifay...

Jusqu'où le sexisme va se nicher ?

Il semble bien stérile de monter un telle cabale contre Eugène Gherardi qui ne semble pas être un machiste et le choix qui a été fait de même...

Il est toujours navrant de voir des personnes user de pseudos pour donner leur avis. Ce n'est pas courageux, on le voit hélas de plus en plus sur les réseaux sociaux et sur twitter particulièrement. Je trouve aussi peu courageux le fait de renoncer aussi vite et facilement à une série de SMS et de messages, et abandonner sa place de conférencier. Il y a justement des messages à faire passer. Celui de la délation et de la menace en est un !

Espérons que en propos liminaire le conférencier, Jean-Michel Pedinielli donner son avis.

Pierre-Paul Battesti

 

Alexandre Sarrola