La une du mois de Juin 2020

 

"Ça apporte plus de stress que d'information" : comment l'emballement autour des études scientifiques sur le coronavirus trouble public et chercheurs. Si le cas de l'hydroxychloroquine est le plus emblématique, une partie de la communauté scientifique s'inquiète plus largement de la communication parfois prématurée des chercheurs et du manque de prudence des médias.

Le mois de tous les défis, tout d'abord contre un virus et pour une reprise économique réussie...

Que va-t-il advenir, on n'en sait rien même les voyantes traditionnelles n'osent se commettre en donnant un message sur le futur. Le flou est devenu notre quotidien. comment pourrait-il en être autrement ?

Il va falloir vider les comptes bancaires, pleins, a priori... et consommer... pour qui et pour quoi ?

Course au prestige et aux financements

Certains chercheurs vont plus loin et n'hésitent pas à s'exprimer avant même d'avoir un article à publier. Yves Sciama est ainsi frappé par les nombreuses annonces de lancements d'essais cliniques et l'écho qu'elles rencontrent, sur la base de résultats obtenus uniquement en laboratoire (comme celle sur les lamas, par exemple). "Il y a des dizaines de choses qui ont un effet sur le virus dans une éprouvette, mais qu'est-ce que ça fait dans l'organisme ? Sur combien de patients ? Quel type de malades, à quel degré de la maladie ?" Risquer de provoquer un espoir avant d'avoir répondu à ces questions va à l'encontre de la logique habituelle de la recherche en médecine. Comme les déclarations très tranchées entendues en faveur de l'usage de la chloroquine, estime le journaliste : "Qu'ils soient convaincus que ça fonctionne, on peut l'entendre, mais je suis assez médusé que beaucoup de grands médecins aient, en des termes aussi vigoureux et avec des moyens aussi tonitruants que des pétitions et des éditos, pris le public à témoin dans un contexte de peur."

Comment expliquer que des chercheurs sérieux s'empressent de communiquer sur des travaux aux résultats très incertains ? "Puisque la recherche est financée en fonction des résultats, on doit être parmi les premiers pour avoir des crédits", théorise Véronique Hentgen, pédiatre et infectiologue à l'hôpital de Versailles (Yvelines). "Je suis obligée de le dire : il y a des querelles d'ego."

Une anxiété propice aux "incendies médiatiques"

Le contexte, très particulier, d'une pandémie qui inquiète le grand public, est aussi propice aux emballements. Gilles Bouvenot ne s'étonne pas que certains croient un peu vite aux remèdes miraculeux : "Dans ce monde anxiogène, chacun essaie de se rattacher à quelque chose qui pourrait marcher." C'est pour cela que l'Académie de médecine a voulu rappeler aux chercheurs leur responsabilité "de s'astreindre à une communication prudente" et "s'interdire de susciter de faux espoirs".

La crainte liée "au retour des enfants à l'école" a pu jouer un rôle dans l'ampleur prise par la découverte de cas d'enfants présentant des symptômes proches de la maladie de Kawasaki, estime Véronique Hentgen. Membre du groupe de suivi mis en place par la Société française de pédiatrie sur cette question, elle à dénoncé dans Les Echos, le 4 mai, une "hystérisation scientifique". Dix jours plus tard, après l'annonce du recensement de 125 cas et un décès en France depuis début mars, elle reste convaincue que ce qui n'était au départ qu'une alerte interne, destinée à partager les informations des services de pédiatrie sur l'ampleur du phénomène, "n'aurait pas dû sortir de l'hôpital". "Ce recensement confirme qu'il s'agit d'une maladie rare", explique-t-elle. "On sait déjà qu'elle a aussi tué des enfants en France dans les années précédentes, mais que dans la très grande majorité des cas, avec un traitement adapté, on en guérit."

La une du mois de juin :

1/ La Covid au Québec

2/ Mercedes et la batterie électrique (les nouvelles voitures...)

3/ Emmanuel Macron a persisté dans l'erreur

4/ U Levante : lettre ouverte 

5/ Pierre Mattei : "vers une saison dégradée"

6/ Richard Bellamy

7/ Via Stella : le virus en Corse

8/  Rihla : son rôle dans le voyage interculturel et interconfessionnel 

La une du mois de Mai

1/ Discours d'Emmanuel Macron

 2/ PS : l'état d'urgence

 3/ "Monsieur le Président"

 4/ Care Notion

 5/ La vie saine

 6/ Attali ou Confucius 

 7/ Les règles du déconfinement 

 8/ Obligations des employeurs

 9/ Souvenirs de galère

10/ Sauver l'Amazonie

11/ L'association ASCO

12/ Chronique d'un foutage de gueule annoncé

13/ François Tortosa

 

 

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)