"Faisons tout pour sauver les vies humaines en Ukraine !"
par Mgr Shevchuk

Appel à la communauté internationale 6 AVRIL MARINA DROUJININATÉMOINS

Mgr Sviatoslav Shevchuk, archevêque-majeur de Lviv et primat de l’Église grecque catholique ukrainienne (EGCU), lance un appel à la communauté internationale demandant à « sauver les vies humaines » en Ukraine.

C’est ce qu’il a dit dans son nouveau message vidéo ce mercredi 6 avril 2022, le 42e jour de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, indique le site de l’EGCU.

« La vie humaine pendant la guerre… Que vaut-elle aux yeux de l’homme ? a-t-il demandé. Aux yeux de Dieu, cela n’a pas de prix. »

« Nous pensons qu’il est possible de sauver des vies humaines en Ukraine, non seulement grâce au courage des défenseurs de l’Ukraine, mais aussi grâce à la position de la communauté internationale », a souligné l’archevêque-majeur.

Le primat de l’EGCU a noté que le peuple ukrainien « défend héroïquement sa terre, montre des exemples d’héroïsme non seulement en combattant sur le champ de bataille, mais aussi en sauvant des vies ». Il a également souligné que la nuit dernière, l’ennemi a lancé les missiles « sur les éléments les plus vulnérables de l’infrastructure de l’économie ukrainienne » : « Plusieurs entreprises de l’industrie chimique ont été bombardées, ce qui a causé de grands dommages à l’écologie de ces villes et villages. »

Mgr Shevchuk s’est dit « particulièrement » attristé par « le sort de ces personnes qui se sont retrouvées dans les territoires temporairement occupés ». « Nous savons, a-t-il dit, que dans la région de Kherson, au sud de la région de Zaporozhye, la nourriture s’épuise et il n’est plus possible d’y livrer des biens humanitaires. »

Il a évoqué encore une fois la situation tragique à Marioupol : « Marioupol tient héroïquement, a noté Mgr Shevchuk, mais l’aide humanitaire n’y a pas non plus été acheminée. Il devient de plus en plus difficile d’évacuer les gens de ces zones dangereuses. Ces couloirs humanitaires sont constamment sous le feu et la plupart des gens meurent pendant l’évacuation. Nous avons tous été touchés par l’histoire de Sashok, garçon de quatre ans, du district de Vyshhorod dans la région de Kiev, qui est également décédé lors de l’évacuation. »

Ukraine : "Mettre fin à cette guerre », aux « nouvelles atrocités"

Le pape dénonce le « massacre » de Boutcha 6 avril 2022 

« Que l’on mette fin à cette guerre ! Que l’on fasse taire les armes ! Que l’on cesse de semer la mort et la destruction ! », tel est l’appel que le pape François a lancé en évoquant la situation en Ukraine, à l’issue de l’audience générale de ce mercredi 6 avril 2022.

Après sa catéchèse hebdomadaire, dans la Salle Paul VI du Vatican, le pape François a déploré « les récentes nouvelles sur la guerre en Ukraine », qui, « au lieu d’apporter soulagement et espérance, attestent au contraire de nouvelles atrocités, comme le massacre de Boutcha ».

Dénonçant « une cruauté de plus en plus horrible, perpétrée même contre des civils, des femmes et des enfants sans défense », le pape a déclaré : « Ce sont des victimes dont le sang innocent crie jusqu’au Ciel et implore : que l’on mette fin à cette guerre ! que l’on fasse taire les armes ! Que l’on cesse de semer la mort et la destruction ! Prions pour cela ensemble… ».

Après un temps de prière en silence, le pape a repris, debout, en dépliant un drapeau ukrainien marqué d’une croix : « Et hier, on m’a apporté ce drapeau, justement de Bucha. Ce drapeau vient de la guerre, précisément de cette ville martyrisée, Bucha ».

« Et il y a également ici quelques enfants ukrainiens qui nous accompagnent. Saluons-les et prions avec eux », a poursuivi le pape François avant d’embrasser le drapeau.

Cinq enfants, accompagnés de deux mamans portant chacune un bébé dans les bras, ont alors rejoint le pape, un grand dessin à la main : « Ces enfants ont dû fuir et arriver sur une terre étrangère : c’est l’un des fruits de la guerre. Ne les oublions pas, et n’oublions pas le peuple ukrainien », a exhorté le pape.

Sous les applaudissements, les enfants sont retournés à leur place, les bras chargés d’énormes œufs de Pâques, tandis que le pape François concluait en se rasseyant : « C’est dur d’être déraciné de sa terre à cause d’une guerre ».

 

pape2.jpg
pape1.jpg