Bonne nouvelle, le Canada recrute !
 
À 45 ans, Frédérick Lecoq vit depuis 5 ans à Calgary en plein Canada anglophone où il est en charge du marketing d'une grande enseigne de sport. Pour cet ancien directeur marketing de LG, l'aventure canadienne est une réussite totale. Il n'envisage pas le retour en France.

Le pays qui compte aujourd'hui 36 millions d'habitants veut atteindre les 100 millions d'ici la fin du siècle. Or avec un indice de fécondité de 1,6 enfant par femme, le pari est impossible à tenir... Sauf à favoriser massivement l'immigration. Et c'est ce que fait le pays depuis quelques années. Baptisé "Initiative du siècle", le projet consiste à faire passer le nombre d'arrivants par an de 270.000 actuellement à 450.000 d'ici 2021. 

Deuxième bonne nouvelle pour les Français qui voudraient tenter l'aventure, les francophones ont la cote. Et pas seulement au Québec. Le Canada anglophone aussi aime les gens qui parlent français. "L’objectif national est que l’ensemble de l’immigration francophone hors Québec totalise 4,4% d’ici 2023", explique-t-on du côté de l'immigration canadienne. Sur un total de 450.000 arrivants, cela représente donc 19.800 francophones accueillis chaque année au Canada, sans compter le Québec. 

Mais le Canada, est-ce vraiment l'Eldorado que s'imaginent les milliers de Français qui chaque année traversent l'Atlantique (4.624 en 2015 rien qu'au Québec)? C'est ce que nous avons voulu vérifier en interrogeant Frédérick Lecoq, 45 ans, ancien cadre de LG parti en 2012 diriger le marketing de Sport Chek, le Decathlon local. Témoignage

Frédérick Lecoq - "Ma passion pour le hockey sur glace m'a permis de rapidement m'intégrer". Ici Frédérick Lecoq avec son fils.

"Le Canada c'est un peu le pays rêvé quand on est Européen, du fait de la langue, de l'Histoire. C'est un pays dans lequel je m'imaginais -pourquoi pas- un jour mais sans vraiment de projet concret. Parce que je suis aussi un fou furieux de hockey sur glace que j'ai commencé à pratiquer à l'âge de 4 ans à Reims. Sauf que quand tu es Européen, tu as plus d'opportunités professionnelles avec les États-Unis qui est un plus grand pays.

Mais mes études et ma carrière professionnelle m'ont conduit ailleurs, notamment en Corée où j'ai dirigé le marketing digital de LG durant quelques années. Après LG, je suis passé chez AramisAuto puis chez Voyage-Privé. Et c'est justement au moment où nous allions nous installer à Aix-en-Provence où se situe le siège de Voyage-Privé avec ma famille qu'un chasseur de têtes m'a appelé. 

C'était pour me proposer un poste de directeur marketing de Sport Check, une enseigne de sport qui est un peu le Decathlon canadien. J'ai pas vraiment réfléchi et j'ai dit 'ok'.

"On craignait de 'jeter' ma fille dans un monde anglophone"  

Je suis donc parti en juillet 2012 à Calgary, dans l'état de l'Alberta à l'Ouest du pays et ma famille m'a rejoint en août. Pour ma femme, il n'y avait pas de problème. Elle a vécu aux 4 coins du monde, le départ ne lui faisait pas peur. On appréhendait plus pour le reste de la famille. Ma fille avait 4 ans à l'époque et on craignait de la 'jeter' dans un monde où elle ne comprendrait pas la langue. Mais elle s'y est vite habituée finalement. C'était un peu difficile aussi de quitter nos mères à ma femme et moi qui sont veuves toutes les deux. Et nous sommes tous les deux enfants uniques. On avait l'impression de les abandonner. Mais elles ont très bien compris et nous ont encouragés.

J'ai eu de la chance pour les démarches administratives, je ne me suis pas occupé de grand-chose, c'est l'employeur qui les a prises en charge. J'ai un statut dit de 'résident permanent' de 4 ans qui vient d'être renouvelé et qui est donc valable jusqu'en 2020. À cette date, je pourrai faire ma demande de nationalité. 

City of Calgary -

Il y a beaucoup de différence entre le Canada et l'Europe. Je n'aime pas les comparaisons, dire si c'est mieux ou moins bien, mais c'est vraiment différent. Le Canada, c'est un peu un compromis entre l'Europe et les États-Unis. Le plus bluffant quand tu arrives, c'est la société canadienne. Là-bas, la diversité est vue comme une richesse, il y a très peu de problèmes d'intégration. C'est un pays qui s'est construit au travers de ses alliances inter-culturelles et ça se sent. Ça vient peut-être aussi de la réussite économique mais pas seulement. L'économie du pétrole est moins florissante depuis quelques années et ça n'a pas changé l'ambiance globale du pays.

À titre personnel, j'ai été super bien intégré. Sans doute parce que je suis un fou de hockey qui est le sport national là-bas. Pour faciliter l'intégration, je me suis rapidement inscrit au club de hockey local où je suis devenu coach. C'est important de participer à des clubs comme ça. Mais au-delà de ça, on sent un accueil favorable vis à vis des étrangers et des Français.

Les francophones sont très bien acceptés dans l'Alberta. Il y en a à peu près 250.000 sur une population globale de 4 millions d'habitants. Et il y a un vrai retour de la francophonie dans le Canada anglophone. C'est une volonté de Justin Trudeau de pousser le français qui est vu comme une richesse là-bas. Ma femme travaille pour une association qui vend des livres en français, les administrations sont bilingues et il y a toujours quelqu'un pour vous parler en français dans la rue. Ma mère qui ne parle pas un mot d'anglais se débrouille parfaitement toute seule quand elle vient nous voir.  

Moins de vacances mais plus de confiance

C'est dans le monde du travail que les différences sont peut-être les plus importantes. Il y a un énorme respect pour les valeurs familiales. Quand mon fils est malade, on me dit: 'Rentre chez toi'. On ne me demande pas de poser un jour, d'apporter un justificatif, ce n'est pas du tout l'ambiance ici. Il y a une confiance plus grande qu'en France. Alors après, il y a moins de vacances. Les gens qui débutent ont deux semaines. Moi j'ai entre trois et quatre semaines, et il n'y a pas les 35 heures et les RTT. Mais comme les frontières entre le travail et les congés sont très permissives, ce n'est pas vraiment un problème. Mon assistante fait du 'home office' régulièrement, moi je règle des problèmes quand je suis en vacances, c'est très souple.

Au niveau des salaires, c'est à peu près la même chose qu'en France si tu prends comme unité de référence la monnaie locale. Tu ne perds pas mais tu ne gagnes pas non plus. Le coût de la vie est à peu près similaire à la France. Certaines choses sont plus chères comme le vin par exemple dont la vente est régie par l'État et qu'on ne trouve pas au supermarché. Mais aussi l'immobilier. Quand on a vendu notre maison en région parisienne, on pensait s'en payer une super ici. On n'a pas pu. C'était trop cher. Dans des villes comme Vancouver, même si les prix ont un peu baissé, ça reste affreusement cher (1,47 million de dollars en moyenne pour une maison, soit plus de 1 million d'euros, ndlr). Il y a une forte spéculation ici, les gens achètent, revendent pour faire une plus-value et pour racheter plus grand.  

Rentrer en France? Je n'y pense pas

Concernant le système de santé, pour moi qui suis cadre, je ne vois pas trop de différence avec le système français. Il y a deux systèmes qui cohabitent: un de type Sécu et un autre d'assurance privée qui rappelle nos mutuelles. Après, les délais d'attente sont parfois assez longs pour un spécialiste, pour une IRM. Mais c'est finalement le cas aussi en France.

Au final, je pense que je ne rentrerai pas en France. Ça ne fait pas partie des plans à court terme en tout cas. Ici j'ai une qualité de vie, que je ne retrouverais pas en France. Que ce soit au travail avec des rapports moins hiérarchiques et plus de flexibilité ou dans la vie quotidienne grâce à un système associatif plus développé. En France, ton intégration sociale se fait essentiellement par le travail. Ici, ça passe beaucoup par les activités. Ma femme fait du volontariat dans le club de natation de ma fille, intervient dans les écoles pour raconter des histoires en français, moi je suis coach au club de hockey de mon fils... On a une vie associative beaucoup plus riche. Et quand tu es parent, c'est un vrai plaisir. C'est le pays de l'enfant roi. Pour les grandes vacances par exemple, on voit affluer des centaines d'offres de stages pour les occuper l'été. Stages de chimie, artistiques, de sport, de voile... Des volontaires issus des écoles et des universités s'en chargent chaque été. Aujourd'hui, mes enfants sont contents lorsqu'ils reviennent en France pour les vacances, mais ils n'envisagent pas du tout d'y retourner."

Frédéric Bianchi

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)