Jeanne Leboulleux-Leonardi

Historienne et écrivain, j’ai co-créé le cabinet de coaching managérial J2-Reliance en 2005. Dans ce cadre, j’ai publié une quinzaine d’ouvrages relatifs à l’histoire d’entreprises ou de collectivités. 

Diplômée de la Sorbonne (DEA d’histoire) et du Centre d’Etude des programmes économiques (ENSAE), j’ai auparavant exercé différentes fonctions dans les domaines du marketing, du contrôle de gestion et de la stratégie, qui m’ont conduite de Paris à Nantes en passant par Lyon et Toulouse. 

Corse d’origine et de coeur, mariée à un Breton, je vis aujourd’hui en Bretagne, une terre de granit, aux personnalités bien trempées, et à l’histoire riche et longue. J’ai également un pied en Grande-Bretagne où nous développons aujourd’hui l’activité de notre cabinet. 

 

Site et blog : 

http://j2reliance.co.uk/fr/214-2/

http://j2-reliance.com/

Quand on a un petit coup de blues parce que c’est la rentrée, et que le ciel témoigne

sa mauvaise humeur en escamotant le soleil derrière des nuages de pluie, rien ne

vaut un clin d’œil inattendu qui vous rappelle le pays.

 

Mon pays, c’est la Corse, bien sûr. Je suis originaire de Grossetu-Prugna.

Mes activités professionnelles m’ont conduite de Paris à Nantes en passant par Lyon

et Toulouse. Historienne, économiste, écrivain, j’ai fini par co-créer, à la pointe de

Bretagne, ma société de coaching managérial : aider les dirigeants à prendre et

mettre en œuvre des décisions plus pertinentes, en reliant leur histoire, leur présent,

et leur futur, et en prenant mieux en compte la complexité de la relation humaine : voilà à quoi je travaille aujourd’hui – une activité dans le cadre de laquelle j’ai notamment publié une quinzaine d’histoires d’entreprises ou de collectivités.

 

Cela m’a conduit naturellement à approfondir l’histoire et la culture de ma terre d’accueil : impossible de travailler de façon pertinente sur des entreprises bretonnes, sans comprendre ce qui a façonné les femmes et les hommes qui y travaillent.

 

C’est ainsi qu’en Bretagne, j’ai découvert un peuple riche d’une culture vivante et d’une histoire qui n’est parfois pas sans analogie avec la nôtre. Similitudes ou différences, j’ai imaginé vous faire partager ces découvertes au fil de quelques chroniques sur Media Corsica.

 

Mais ce premier article sera d’un tout autre ordre : un coup de chapeau à… mon marchand de fruits et légumes ! Des Bretons pur jus, à l’enseigne “gwen a du”, comme on dit ici. Le “gwen a du”, “noir et blanc”, c’est le nom familier du drapeau breton, en référence à ses couleurs… qui sont d’ailleurs aussi les nôtres ! Le magasin se nomme “Landerne primeurs”, mélange de français et de breton pour désigner “les primeurs de Landerneau”.

De retour de Corse, j’entre dans la boutique pour remplir un réfrigérateur désespérément vide… et j’y suis accueillie par une superbe “bandera”, accrochée au-dessus des pêches et autres nectarines. De quoi oublier la grisaille qui — dehors — a déjà un arrière-goût de mauvaise saison. La Corse, en quelque sorte, se retrouve à l’honneur au fin fond d’une boutique du bourg de Landerneau.

 

Alors chapeau à mon marchand de fruits et légumes qui n’a pas hésité à afficher nos

couleurs. Chapeau également à son fournisseur corse qui a eu la bonne idée de lui

fournir le drapeau.

A une période où bien des Bretons regardent du côté de la Corse comme vers

une terre d’expérimentation, l’initiative me parait d’autant plus heureuse.

 

Bonne rentrée à tous, en Corse, en Bretagne, ou ailleurs !

       Clin d’œil de rentrée

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)