Les détracteurs des voitures électriques

 

fondent leurs discours sur le poids des batteries et sur leur obsolescence. A les entendre il faudrait rester statiques, ne rien faire et rester aux bonnes vieilles sources d’énergies fossiles. Il y a ceux qui défendent vigoureusement la production nucléaire, elle serait verte ?
Ces personnes, ne mettent pas dans leurs calculs les forages, les transports et bien entendu en fin de chaîne, les maladies dues à l’inhalation de ces particules fines ou pas fines qui rendent cancérigènes nos métabolismes. Je trouve que c’est une honte de laisser dire et produire tant d’ineptie, certes, rien n’est parfait mais ne peut-on pas améliorer les choses ?

Quand on voit l’échelle des profits générés par ce soi-disant manque de produit et comment s’accrochent les entreprises de produits fossiles, on comprend, sans être savant quel est leur intérêt. Si je parle au singulier, c’est qu’il n’y a qu’un seul intérêt, il est financier !

Nous payons nos factures sans sourciller et du haut de la chaîne commerciale au bas. Les producteurs de fruits et légumes par exemple qui n’ont pas anticipé ces soucis se trouvent démunis.
Que leur dire et leur proposer ?

Les grandes sociétés pétrolières réalisent des bénéfices records pendant que le monde brûle et  "Nous voyons des entreprises doubler, prétendre effrontément qu'elles vont pouvoir produire du pétrole et du gaz pendant encore 60, 70, 80 ans." Par Alex Lubben 3 novembre 2022.

Le monde brûle peut-être, mais si cela peut vous consoler, les compagnies pétrolières enrichissent leurs actionnaires. 

Alors que des rapports explosifs sur le climat nous préparent à un avenir d'inondations, de chaleur extrême, d'incendies de forêt et d'extinctions massives, Exxon Mobil , le plus grand producteur mondial de combustibles fossiles, a gagné 19,7 milliards de dollars entre juillet et septembre, soit plus qu'il n'en a rapporté en toute autre période de trois mois—jamais. Que compte-t-il faire de la manne ?
Eh bien, la semaine dernière, la société a déclaré qu'elle remplissait son " engagement de restituer les bénéfices aux actionnaires " en rachetant 10,5 milliards de dollars de ses propres actions et en augmentant ses versements de dividendes aux investisseurs, un effort pour remplir les poches des actionnaires et attirer davantage d'investissements.
Plutôt que d'investir dans un avenir post-énergie fossile, Exxon a déclaré aux investisseurs qu'il prévoyait "d'augmenter la production", alors même que le monde scientifique les supplie d'arrêter, pour éviter un réchauffement climatique catastrophique.

"Où que vous regardiez, les compagnies pétrolières et gazières font une tuerie absolue", a déclaré Mathew Lawrence, fondateur et directeur exécutif de Common Wealth, un groupe de réflexion britannique de gauche. "Ces bénéfices sont ensuite transférés à une échelle extraordinaire aux actionnaires, et cet argent vient finalement de vous et moi, des gens ordinaires qui paient leurs factures d'énergie."

Pour mettre les bénéfices d'Exxon en perspective, Apple, qui était l' entreprise la plus rentable au monde l'année dernière, a déclaré 20,7 milliards de dollars de bénéfices au cours des trois derniers mois, à peine plus élevés que les bénéfices d'Exxon. 

L'ONU, quant à elle, vient de publier un autre rapport désastreux notant que le réchauffement climatique devrait atteindre jusqu'à 2,6 degrés Celsius au-dessus des températures préindustrielles d'ici 2100. C'est plus d'un demi-degré au-dessus de l'objectif de 2 degrés Celsius de l'Accord de Paris - et un plein degré au-dessus de l'objectif idéal de l'ONU de 1,5 degrés de réchauffement. 

Un demi-degré signifie probablement la différence entre des mauvaises récoltes occasionnelles et le fait qu'il reste quelques récifs coralliens, et une famine généralisée et des extinctions massives. Laisser les températures augmenter d'autant que les prévisions de l'ONU pourraient être catastrophiques, soulignent les scientifiques . Cela augmentera la probabilité de vagues de chaleur extrêmes et élargira l'habitat des moustiques et des tiques porteurs de maladies, préviennent-ils. 

"Nous voyons des entreprises doubler, prétendre effrontément qu'elles vont pouvoir produire du pétrole et du gaz pendant encore 60, 70, 80 ans", a déclaré Collin Rees, responsable du programme américain chez Oil Change International, une société de recherche et de organisation de plaidoyer. Les rachats d'actions eux-mêmes n'augmentent pas la production de pétrole, mais lors des appels de résultats la semaine dernière, les grandes compagnies pétrolières ont indiqué qu'elles prévoyaient de continuer à produire des quantités de plus en plus importantes de combustibles fossiles. 

Grande manne pétrolière

C'est une aubaine cette année pour Big Oil, et Exxon n'est pas la seule entreprise à déclarer d'énormes bénéfices. Shell , qui a déclaré 9,45 milliards de dollars de bénéfices au cours des trois derniers mois, a également déclaré qu'elle rachèterait 4 milliards de dollars de ses propres actions au cours des trois prochains mois. Chevron a également déclaré 11,2 milliards de dollars de bénéfices et acheté 3,75 milliards de dollars de ses propres actions au cours des trois derniers mois. 

Plutôt que, disons, de baisser les prix de l'essence pour les gens moyens, les compagnies pétrolières transforment leurs bénéfices en richesse pour les riches, ont déclaré des experts. Lorsqu'une entreprise rachète ses propres actions, cela fait grimper le cours de l'action et enrichit les actionnaires, ce qui exacerbe les inégalités aux États-Unis.

Selon Niko Lusiani, directeur du pouvoir des entreprises à l'Institut Roosevelt, les 10 % les mieux rémunérés détiennent environ 90 % des actions aux États-Unis. Les Noirs américains, quant à eux, détiennent environ 1% des actions.

"Les rachats et les dividendes transfèrent les bénéfices en grande partie aux ménages très riches, à prédominance blanche, ce qui exacerbe la richesse de longue date et les inégalités raciales", a déclaré Luisiani. 

Le président Joe Biden menace maintenant ces entreprises d'augmenter les impôts à moins qu'elles n'utilisent leurs bénéfices pour faire baisser les prix de l'essence plutôt que d'augmenter le cours de leurs actions. 

"S'ils ne le font pas, ils vont payer une taxe plus élevée sur leurs bénéfices excédentaires et faire face à d'autres restrictions", a déclaré Biden dans un discours lundi.

Le président a demandé au Congrès d' envisager un impôt sur les bénéfices exceptionnels des grandes compagnies pétrolières, qui augmenterait les impôts sur leurs bénéfices s'ils sont nettement supérieurs à ce qu'ils sont au cours d'une année moyenne. 

C'est une proposition qui a peu de chances de gagner du terrain au Congrès, où les démocrates détiennent des majorités étroites. Mais cela signale que Biden, qui a critiqué Exxon pour avoir gagné « plus d'argent que Dieu », accroît la pression sur les compagnies pétrolières. 

"Les bénéfices records des compagnies pétrolières aujourd'hui ne sont pas dus au fait qu'elles font quelque chose de nouveau ou d'innovant", a déclaré Biden. "Leurs profits sont une aubaine de la guerre - la manne du conflit brutal qui ravage l'Ukraine et blesse des dizaines de millions de personnes dans le monde."

En effet, une partie de la raison pour laquelle les profits pétroliers sont astronomiques est due à la guerre en Ukraine. L'invasion russe a créé des pénuries, ce qui a fait grimper les prix du gaz. Sans lever le petit doigt, ont noté les experts et le président, les grandes compagnies pétrolières ont réussi à augmenter considérablement leurs bénéfices. 

Mais cette année n'a pas seulement été une année de référence pour les profits pétroliers. Alors que ces entreprises gagnent des tonnes d'argent, les conséquences de la crise climatique sont devenues évidentes. 

Catastrophes climatiques

Au cours des derniers mois seulement, l'ouragan Ian a frappé le littoral de la Floride et la chaleur a fait fondre les toits des bâtiments en Chine, selon le New York Times . Une grande partie de l'Asie du Sud, après une vague de chaleur, a été frappée par des inondations majeures dues à la fonte des glaces dans l'Himalaya, et l'Union européenne a constaté que la sécheresse de cet été à travers le continent était probablement la pire depuis 500 ans . 

Et pourtant, les grandes compagnies pétrolières ne font toujours pas la transition vers les énergies renouvelables.

"Notre capacité à augmenter la production tout en réduisant les coûts améliore notre position concurrentielle, profite aux consommateurs et génère des capitaux pour financer des investissements significatifs", a déclaré le PDG d'Exxon, Darren Woods, lors d'une conférence téléphonique avec les investisseurs la semaine dernière. « Nous avons augmenté notre production », à la fois en extrayant plus de pétrole du sol et en en raffinant davantage. 

Un nouveau rapport publié la semaine dernière par l'Institut international du développement durable, un groupe de réflexion indépendant basé au Canada, a révélé que si la planète devait chauffer à moins de 1,5 degrés Celsius d'ici 2100, le monde devrait arrêter tout nouveau développement pétrolier et gazier. à présent.

Mais les experts ont souligné que les rapports sur les bénéfices provenant des grandes sociétés pétrolières et gazières indiquent que ces sociétés ont la ferme intention de fonctionner comme des sociétés de combustibles fossiles pour les décennies à venir, même si cela ferait frire la planète. 

"Ce n'est pas comme s'ils n'avaient pas une dernière danse avant de fermer la fête", a déclaré Lawrence. "Je pense qu'ils vont continuer."

Suivez Alex Lubben sur Twitter .