Norbert Paganelli

 

Vit à Ajaccio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Né en 1954 à Tunis, Norbert Paganelli a passé son enfance à Sartène avant de connaître les paysages d’Algérie et la région parisienne où il effectua ses études supérieures (DESS de droit public et doctorat es science politique).

Malgré une carrière de cadre supérieur de la fonction publique d’Etat, son goût pour la poésie l’a amené à signer plusieurs ouvrages : Soleil entropique (1973), Sept chants pour l’amnistie (1978) avant de s’investir pour la création en langue corse qu’il présente toujours en édition bilingue.

 

Après A Petra ferta/la Pierre blessée, A Fiara /La Flamme, Invistita/Errance et Mimoria arghjintina/Un sel d’argent, il obtient le premier prix de poésie corse à Santa Teresa di Gallura en 2009, le Prix de la création littéraire de la CTC en 2014 pour Da l’altra parti/De l’autre côté, le prix du livre corse en 2015 pour le même ouvrage et, en 2016 Canta à i sarri/Chants aux crêtes vient d’obtenir le prix Don Joseph Morellini attribué par le Conseil général de Haute Corse.

 

Autres articles :

La poésie a-t-elle un avenir ?

 

 

L’avenir des Nuits debout

« Celui qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni patience, ni égards ».   René Char

Les mouvements collectifs spontanés* présentent, la plupart du temps, les mêmes caractéristiques : ils naissent alors qu’on ne les attend pas, ils affichent un aspect radical et peinent à trouver une forme d’organisation sui-generis qui puisse leur garantir une certaine longévité. Il convient de s’attarder un peu sur ces trois critères discriminants avant d’envisager l’avenir du mouvement Nuit debout.

 

De l’imprévisibilité

On se souvient de l’article de Pierre Viansson-Ponté, publié dans Le Monde, quelques jours seulement avant mai 68. Sous le titre La France s’ennuie, l’auteur, pourtant fin spécialiste de la vie politique, s’étonnait du calme et de la passivité d’une jeunesse qui, pour lui, semblait être rentrée dans le rang. L’auteur faisait remarquer qu’à la différence du début des années soixante, même les fameux « blousons noirs » avaient disparu et qu’un calme serein régnait dans les cités, qu’elles soient suburbaines ou universitaires. On connait la suite…

Plus près de nous, il y a à peines quelques mois, des chroniqueurs considéraient comme acquis que des mouvements de type Podemos ne pouvaient voir le jour en France du fait d’une crise sociale moins aigüe et de l’existence d’une gauche extra parlementaire canalisant la contestation. Pourtant, nous assistons bien, depuis la fin du mois de mars à l’émergence d’une nouvelle force politique qui, pour n’être pas identique à celle prévalant en Espagne, entretient avec elle quelques similitudes.

L’apparition de ces mouvements collectifs présente un caractère d’imprévisibilité pour deux raisons. Tout d’abord, la multiplicité des causes qui les engendrent rend difficile, voire impossible, toute prédiction, d’où les diagnostics erronés accompagnant souvent des propos quelque peu péremptoires que les faits démentent régulièrement.

Ensuite parce que les observateurs braquent souvent leur projecteur sur les causes objectives, quantifiables alors que ces mouvements doivent être saisis à partir des représentations que les acteurs se font de leur environnement. En effet, un mouvement est composé d’hommes et de femmes qui donnent un sens à leur action et qui ne sont pas seulement déterminés par un contexte. Ainsi, les Communards de 1871 se vivaient-ils comme des Jacobins, les bolchéviques comme des Communards et les étudiants de mai 68 comme des Communards ou des guérilleros latino-américains ou nord-vietnamiens. Ces représentations, parce qu’elles sont insaisissables au sens behavioriste du terme, rendent l’analyse délicate et devraient inciter à la plus grande prudence dès lors qu’il s’agit de formuler des propos prédictifs.

 

De la radicalité

Lorsqu’ils apparaissent, ces mouvements prennent l’aspect de mouvements révolutionnaires (peu importe que le projet aboutisse ou non) en ce sens qu’ils remettent en cause les fondements même du système global. Ainsi, alors qu’elles semblent issues d’une contestation de la loi travail, les Nuits Debout proposent-elles de mettre à bas le système représentatif, le modèle économique dans son ensemble et utilisent un nouveau calendrier un peu comme si une nouvelle ère débutait. Faut-il rappeler que la Révolution française a, elle-même pour un temps, utilisé un nouveau calendrier et débaptisé les mois ? Cette radicalité qui s’en prend à l’horloge vient signifier à l’observateur peu attentif qu’un acte refondateur a eu lieu, que l’on repart, en quelque sorte, à zéro et que le terme même de révolution (retour d’un astre à son point de départ) est à prendre au pied de la lettre. L’acte fondateur de bien des religions (qui sont des mouvements collectifs) débute pareillement par une refondation du cours du temps.

Dans le cas de Nuit Debout, il n’est pas improbable que l’on aboutisse à un projet de nouvelle constitution s’accompagnant d’une mise au rebut de l’hymne actuel et du drapeau que nous connaissons. Il serait peu cohérent, en effet, qu’une refondation radicale n’aille pas jusque-là alors même que depuis une bonne dizaine d’années de nombreuses voix ont appelé à l’avènement d’une VI° République et que le drapeau et l’hymne français ne sont plus considérés comme intangibles.

Cette thématique de la radicalité ne doit pas nous surprendre, elle est somme toute naturelle car les sociétés évoluent en permanence alors que les normes qu’elles ont-elles-mêmes générées, jadis, s’ossifient avec le temps et ne sont modifiées qu’à la marge. A intervalles plus ou moins réguliers, ces mêmes sociétés ont besoin de se défaire d’un habit fait sur mesure à un moment donné mais qui, au fil du temps, est devenu corset l’empêchant d’évoluer à sa guise.

 

De l’organisation nouvelle.

Les mouvements collectifs, parce qu’ils se veulent radicaux, rejettent généralement la manière dont sont organisés les pouvoirs publics qu’ils accusent de brider voire de nier la démocratie. C’est la raison pour laquelle ils mettent en avant la liberté de parole dans leur mode de fonctionnement. L’espoir d’une démocratie directe permettant au peuple de s’exprimer sans entrave est une constante de leur revendication. Il faut dire que, bien souvent, lorsque ces mouvements voient le jour, le système en place est à bout de souffle et est perçu comme ne répondant plus aux aspirations de l’opinion, c’est bien le cas aujourd’hui dans les démocraties contemporaines où la professionnalisation de la vie publique éloigne un peu plus chaque jour « le système » du pays réel.

Il n’en reste pas moins que cette revendication mise en avant, le chemin est long pour parvenir à la naissance d’un nouveau modèle organisationnel car deux écueils guettent le mouvement.

Le premier est le noyautage par des éléments extérieurs, ce fut le cas en Russie où les soviets (assemblées spontanées) furent infiltrés par les militants bolchéviques au point que, très rapidement, les différences entre ces assemblées et les instances du parti s’estompèrent. C’est vrai aussi des assemblées générales des mai 68 où les militants chevronnés de groupuscules gauchistes réussirent, bien souvent, leur prise en main. Face à des acteurs atomisés et souvent sans expérience, ceux qui sont structurés et ont l’habitude des joutes oratoires ont bien plus d’une longueur d’avance…

Le second écueil est l’auto destruction du mouvement par le refus de la moindre structuration. Partant du principe que toute organisation implique des règles et que ces dernières sont nécessairement mutilantes, l’absence de règle devrait donc présider au fonctionnement de la démocratie directe. La Commune de Paris a payé très cher cette anomie qui l’a rendue incapable de s’organiser militairement afin de faire face à l’offensive versaillaise et bien des assemblées spontanées ont été incapables de fédérer leurs participants autour d’un projet collectif sombrant dans la logorrhée et les vœux pieux.

On objectera avec justesse que le mouvement Nuit debout est conscient de ce problème et qu’il a adopté, dès le départ, des principes de fonctionnement destinés à réguler les prises de paroles afin que chacun puisse s’exprimer tout en évitant longueurs et confusion. C’est parfaitement exact et cela montre bien le degré de maturité d’un mouvement qui vient à peine de naître et qui semble avoir tiré quelques leçons de l’examen critique de l’Histoire. Toutefois, une chose est d’assurer le fonctionnement d’une assemblée de base, autre chose est de conceptualiser une architecture allant de la base jusqu’au sommet. De ce côté-ci un chemin immense reste à accomplir impliquant des compromis et des renoncements. Formulons l’espoir que les participants soient assez sages pour bien comprendre qu’aucun mouvement, si novateur soit-il, ne peut vaincre les outrages du temps s’il ne se pose pas la question de son mode de fonctionnement qui seul est capable d’assurer sa longévité.

Ce mode de fonctionnement peut, bien entendu, s’inspirer des expériences du passé mais ne doit pas pratiquer de copié collé. La France d’aujourd’hui n’est pas celle de 1968, de 1871 ou de 1789 et chaque pays a sa propre manière d’écrire son histoire. En matière d’organisation comme en matière de programme il faut être inventif c’est-à-dire réaliste de la manière la plus intelligente qui soit.

 

L’émergence sur les places publiques des Nuits debout n’est que la partie visible de l’iceberg. Elle témoigne que des lames de fond traversent les frontières et tentent de remettre en cause l’existant. Nul ne peut pronostiquer l’avenir de ces initiatives car de nombreuses batailles sont encore à gagner mais ne pas reconnaître leur légitimité et leur pertinence serait être aveugle et sourd. En énonçant qu’il ne suffit pas de rêver d’un autre monde mais que les hommes peuvent aussi le transformer les Nuits debout nous rappellent que l’un des traits caractéristiques de l’Homme est de pouvoir modifier ses conditions d’existence en tentant de les façonner. Rien ne semble plus étranger à ce projet que le fatalisme ou la simple résignation, en cela il est porteur d’espoirs.

 

*Le terme de « spontané » peut être critiqué dans le sens où quelques individus ont bien lancé le mouvement mais on comprendra que ce dernier n’a strictement rien à voir avec une action programmée de longue date par un ou plusieurs états-majors

Une de Mai 2016

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)