Thomas Vaissière

Vit à Propriano

 

Voir la bio en entier

Suivre ce contributeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles :

- Pouvoir des menhirs et bonification du vin

- Expérience vin et menhirs

 

 

           Le vin et les jeunes.

 

Il y a quelques décennies, et encore au milieu des années 90, nos vins français restaient la référence indiscutable et absolue aux yeux (aux palais plutôt) de tous. Voilà qu'une quinzaine d'années plus tard, ceux-ci ont été bien sévèrement bousculés par les vins émergents des pays du nouveau monde. Quelles sont les solutions envisageables afin de remédier à cette féroce concurrence ?

LES VINS FRANÇAIS TROP COMPLIQUES ?

L'architecture de nos vins, en terme gustatif reste souvent difficile à décrypter pour le néophyte. A des vins puissants, au caractère affirmé, aux tannins souvent durs, et aux acidités ciselées et nerveuses, il faut ajouter une multitude de cépages et des appellations bien nombreuses, et surtout hétérogènes en terme de qualité. Il est donc souvent difficile pour le consommateur peu averti de s'y retrouver parmi la jungle des vins français. VINS DE TERROIR A LA FRANCAISE VS VINS DE CEPAGE A L'AMERICAINE En simplifiant un peu le discours, et dans un souci de compréhension, on peut réduire cette bataille à cela. La France propose des vins de terroir, soucieux de préserver une identité forte. Alors que les américains, les chiliens ou australiens, identifient leurs vins non pas, à un terroir, mais à un ou des cépages. Le mot « terroir », vous l'avez remarqué, n'est pas traduisible dans une autre langue, que le français. Ce terroir, reste bien la spécificité française. Le terroir est l'adéquation entre un climat et un sol donné. La France propose un système d'AOC (appellation d'Origine Contrôlée), forcément complexe pour le non-initié. Même si celui-ci l'est, ce système est envié à travers le monde par sa cohérence absolue.

EN FRANCE

Le système d'AOC protège certes l'appellation, ainsi un Chablis ne peut qu'être élaboré à Chablis. Une AOC, a une charte forcément restrictive, dans la mesure où il exige le respect d'un encépagement bien spécifique. Dans la région bordelaise, il faut savoir qu'il existe plus de 50 AOC ! Que la Bourgogne est très morcelée et régie par pléthore de parcelles. Les « climats », classés en 1er cru, et pour les meilleurs, en Grand cru. Il est aisé de constater à quel point ce système reste délicat à maîtriser lorsque l'on n ‘y connaît que peu de choses en matière de vins. DANS LE NOUVEAU MONDE   A l'inverse, les pays émergents ont opté pour un système bien plus simple, dans la mesure où au delà de la provenance d'un climat, ou d'un sol particulier, l'accent est porté sur le cépage. Cette spécificité apporte une grande simplification aux yeux du néophyte dans la mesure où celle-ci offre une plus grande assurance, non pas donc sur la provenance mais sur un goût. Ainsi, le consommateur s'oriente sur un style de vin bien défini. Evidemment, ici, le caractère du vin, n'est pas ce que l'on recherche mais plutôt sa facilité de compréhension. Le vin de cépage standardise le goût, l'uniformise, afin de séduire le nouveau consommateur par des vins sachant flatter ses papilles. Du volume, du fruit, des tanins effacés. Parfois grossiers, voire vulgaires, ces vins ont le mérite de se montrer approchables à ses yeux. Et surtout compréhensibles.

QUELQUES EXEMPLES DE CEPAGES

Le cépage sauvignon imprime des silhouettes élancées, sur le fruit blanc acidulé (pomme verte et les agrumes (citron, pamplemousse, zestes) , vins vifs, et mordants, emplis de fraicheur (acidité). Le chardonnay, par exemple est plus rond, charnu sur des arômes de fruits blancs plus mûrs, (poire, pêche). Le merlot, offre des vins rouges ronds et suaves, aux tanins souvent confortables, non rugueux. Vins faciles et emplis de volume. Le cabernet sauvignon lui apporte des silhouettes plus élancées, et fraiches (aciditié toujours), et des tanins plus austères. Vins plus durs, qu'il faut savoir attendre. Mais il est possible de maquiller ses tanins afin de le rendre plus confortable. Le gamay, cépage du beaujolais apporte de fruit, de la fraicheur, et très gourmand et croquant. Vin facile de compréhension. DE GRANDS VINS AILLEURS MALGRE TOUT Il serait trop facile et aussi injuste de déclarer que l'on ne trouve que des vins de cépage ailleurs. Néanmoins, à des prix faibles, correspondant ce type de vins. Et, sincèrement, entre une shiraz (syah) australienne et un vin de Pays de chez nous, à 5 euros, bien souvent, le vin australien saura se rendre tellement plus flatteur. Les élevages ne sont pas les mêmes, les restrictions non plus. Malgré tout, force est de reconnaître qu'il existe de très beaux vins de terroir, aussi, à l'étranger. Barolo, Chianti, Ribéra del Duéro, en Italie, et en Espagne, mais aussi au Portugal, ou ailleurs encore. Dans le Vieux Continent, on trouve jusqu'en Grèce de superbes vins délimités, de terroir. Aux cépages multiples empreints de minéralité, portant à merveille la patte de terroirs magnifiques.

LES VINS DE TERROIR FRANÇAIS SOUFFRENT

Tant d'AOC en France, de régions multiples et de cépages qui le sont tout autant. Comment s'y reconnaître ? Nouvellement conditionné par le marketing et le matraquage permanent des vins dits de cépage du nouveau monde, aux prix relativement bas. Rassuré par ces vins monocépages, techniquement bien élaborés afin de satisfaire son palais peu initié. Ce même néophyte est perdu dans les étals et les linéaires des grands magasins ou des caves. Les vins proposés à la vente, souvent très jeunes, ne sont pas prêts à la dégustation, les acidités sont encore agressives, et les tanins durs. QUE FAIRE ? Tout bousculer ? Réformer le système des AOC serait une erreur fondamentale. Ce système nous est envié par le monde entier, grâce à sa cohérence. Un cépage sauvignon planté sur un sol calcaire ne donnera pas le même résultat que sur un sol argileux. C'est tout l'intérêt des AOC. Rendements contrôlés, cépages définis, sur un terroir défini. Créer nos propres vins de cépages, vins de marque ? Ce serait faire affront et non front. L'américain venant au restaurant réclame un Chardonnay. On lui sert un Chablis...il vous stoppe tout de go, et insistera sur le fait qu'il souhaite un chardonnay ! Pourtant, le vin de Chablis est bien issu du cépage chardonnay. Il ne le savait pas. Inquiétant quand on sait que le Chablis est l'appellation la plus connue au monde. Afin de régler ce problême, ne faudrait il pas rendre obligatoire les proportions des cépages en contre- étiquette ? Rien que cela permettrait aux néophytes de mieux assimiler les cépages, et les terroirs.

L' UNION EST DIFFICILE EN FRANCE

A l'étranger chaque région sait se promouvoir, tous les domaines avancent main dans la main, permettant ainsi la véhiculation d'une image renforcée à travers la planète. En France, la guerre de clochers, est permanente, la menace ne provenant non pas des vins du monde, mais de son voisin. Aucune coordoniation, juste des désaccords qui ne font que reculer ! Mais avancer l'échéance. Si les petits récoltants qui vivent chez nous une crise unique et déjà bien ancrée ne réagissent pas en s'ouvrant l'esprit, et au monde, alors, ils mourront très bientôt. CONCLUSION Les vins du nouveau monde, ont introduit de nouvelles données. Vins faciles et uniformes. Certes, les moyens à l'étranger ne sont pas les mêmes, certes, leur système d'appellation leur offre plus de possibilités, mais surtout, les winemakers ont compris qu'ils ne pourront avancer qu'en s'ouvrant l'esprit, en s'intéressant au savoir-faire cultural français et européen. Ultra-dynamiques, ils ont poussé dans leurs retranchements les vignerons français qui sont restés campés dans leurs positions trop protectionnistes, qui ne peut que les faire reculer. Malheureusement, nos dirigeants politiques, incultes en matière de vins, établissent des lois suicidaires (Loi Evin, interdisant la publicité, par exemple). Interdiction possible de vendre du vin français sur Internet...sans compter les guerres intestines envahissant nombre d'appellations françaises.

Pourtant, cette concurrence, effectivement féroce, doit permettre à nos vignerons les plus sérieux, d'avancer, en acceptant de prendre pour exemple certaines valeurs, surtout commerciales et marketing du nouveau monde. Qu'enfin, notre vigneron se pose la question avant d'élaborer son vin : A qui vais-je adresser mon vin ? Comment séduire mon client ?

Comment élaborer le meilleur vin possible et comment le promouvoir ? C'est ainsi, que le petit récoltant isolé du monde, sans internet s'en sortira, sans perdre pour autant son identité.

La révolution est en marche... !

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)