La une du mois de Mars 2021
                      

 

                   Par François COPPÉE Recueil : "Les Récits et les Élégies"

                                     Parfois un caprice te prend,
                                     Méchante amie, et tu me boudes,
                                     Et sur le balcon tu t’accoudes
                                     Malgré l’eau qui tombe à torrent.

                                     Mais, vois-tu ! Mars, avec ses grêles
                                     A qui succède un gai soleil,
                                     Chère boudeuse, est tout pareil
                                     A nos fugitives querelles.

                                     Tels ces oiseaux, pauvres petits,
                                     Sous ce fronton, pendant l’averse,
                                     Et telle ta bouche perverse
                                     Où des sourires sont blottis.

                                     Vienne un rayon, et, la première,
                                     Tu tourneras vers moi les yeux,
                                     Et les oiselets tout joyeux
                                     S’envoleront dans la lumière.

Le printemps arrive doucement avec les belles journées de ce début du mois de mars, la végétation s'éveille. On l'avait presque oublié à cause des nouvelles inquiétantes d'une pandémie qui semble non maîtrisable et qui accable surtout les jeunes... Oublier tout cela à l'écoute des gazouillis des oiseaux qui ne semblent pas être affectés par le mal qui ronge notre civilisation dite "moderne". Il est étonnant à ce sujet de voir certains "hommes" tenter de se dépêtrer de leurs affaires qui leur collent à la peau, tellement sûrs de leur impunité, tellement sûrs d'être au-dessus des Lois. Quelle honte ! Prompts à se plaindre de ne pas être reconnus comme des sauveurs ! 

Quels sont ces hommes fiers de ce qu'ils sont et si peu avenants auprès ce celles et ceux qui souffrent.

Avec mes amis, ici en Corse, nous essayons d'apporter un soutien aux plus faibles, celles et ceux qui recherchent du travail, des formations...  Qu'en pensez-vous ? Si vous aussi vous tentez de faire bouger les lignes, écrivez-nous et témoignez, nous en rendrons compte...

                                                                                    *************
On ne sait pas ce que demain sera, nous vivons une période de science fiction que sera demain ? En tout cas nous sommes encore vivants, alors VIVONS ! comme le dit Nicolas Bedos"... nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On arrête d'arrêter. On vit. On aime. On a de la fièvre. On avance. On se retire de la zone grise. Ce n'est pas la couleur de nos cœurs"...

Bonne lecture, et dernière info : nos pages vous sont ouvertes !