Pierre-Paul Battesti

 

Vit à Calcatoggio

 

Voir la bio en entier

Suivre ce contributeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Né en 1957 au Canada à Montréal

 

Autres articles :

- JONONE

- Si tu es noir tu es né en prison

- Le Tipping Point

Le pow wow

 

 

Dans mon imaginaire d’enfant revient d’une façon récurrente l’indien... je me souviens courir et

faire courir mes cousins au village de San Lorenzo, où après nous avoir peint le visage avec

de la brique pilée et nous être coiffés de plumes des pauvres poules du Ziù Anto, nous nous

cachions dans les rochers, nous pataugions dans la rivière et nous faisions de belles blagues

à tous les villageois, ces sales blancs, colons !

Bon à 7 ans notre conscience politique n'en était qu'aux balbutiements, quoiqu'il en soit, pour

nous l'indien c'était le bon, celui qui aime sa terre et la défend contre l’intrus, contre le barbare,

alors c'était nous contre tous les autres !

Je me suis donc très tôt intéressé aux indiens, d'abord parce que né au Québec et j'ai

rencontré tout d'abord les tribus locales les Montagnais qui ont des chants polyphoniques,

les Delaware... J'ai lu Tony Hillerman et ensuite j'ai pu grâce à Fifi Raffalli croiser la route des

indiens Navajos... (je vous raconterai de belles histoires, si vous en avez envie...)

J'ai très souvent pu rire en lisant ou en entendant de fameux anthropologues et autres pseudo

chamans, se targuer de connaître l'âme indienne... J'en ai discuté avec mon amie Orie

Medicine Bull et autres amis natifs américains... Oui, même Curtis a été abusé, les traditions

ne se transmettent pas facilement et on entend tellement d’inepties sur le sujet, aussi

j'aimerais vous offrir ce texte d'un de mes correspondants Erich :

Pour répondre à votre question, (ce mot peut s'écrire de différentes façons....) C'est à l'origine "la réunion de paroles".
C'est une cérémonie qui aujourd'hui permet aux tribus chaque année de se rencontrer et de faire des échanges.
Chaque représentant de tribu arrive en délégation, c'est comme si vous aviez à faire à un conseil des chefs d'états. Les plus beaux atours sont requis à cette occasion, chacun est fier de représenter sa communauté. Les plus grands danseurs et les plus grands musiciens des territoires américains se livrent à des compétitions, un peu comme une sorte de joute symbolique. Aujourd'hui il existe des danseurs professionnels qui voyagent d'un powwow à un autre, car ils sont richement dotés (milliers de dollars). Cela leur permet parfois de ramener des moyens financiers pour leur clan.
Mais au travers de ce schéma naïf et vénal vu de l'extérieur, les powwows louent aussi les vertus de Terre-mère et chassent les mauvais esprits. Ils ont souvent lieu durant les fêtes consacrées à l'agriculture: fête de la courge, fête du blé, fête du raisin..... 
Mais aussi selon les communautés: fête des arbres, fête des fleurs, fêtes des animaux, etc.. Tout est souvent lié à la nourriture, qu’elle soit spirituelle ou matérielle, on remercie Terre-mère pour ses bien-faits et sa générosité. Par le passé, les powwows servaient aussi d'échanges entre tribus. C'était le seul moment dans l'année où des familles éloignées pouvaient à nouveau se rencontrer... Cela permettait également de faire des échanges de matières premières, de plantes médicinales, de savoir-faire. Il faut avouer que certains venaient de très loin arpentant les vastes étendues. Nous n'avions pas les mêmes moyens de communication qu'aujourd'hui....
Petite aparté pour les Européens et les Américains, quand un native danse, il regarde la terre et frappe le sol de ses pieds pour entendre l'écho des esprits de la terre. Dans les danses européennes l'homme a la tête droite et regarde le vide. Pourquoi l'homme blanc debout trop fier reste-t-indifférent au sol sur lequel il danse ?
Ne sait-il pas qu'il marche sur un être vivant qui danse avec lui ? Ne sait-il pas que cet être de chair et de sang lui apporte à lui et ses enfants la nourriture qui constitue sa survie? Que deviendrait-il sans l'essentiel ?
Voilà de manière très succincte le résumé des powwows.
Si vous organisez une telle manifestation, un conseil conformément à la tradition: ne créez pas de fête à n'importe quel moment de l'année à moins que vous ne vouliez que ce soit uniquement folklorique.
Si il existe une fête traditionnelle locale chez vous, style les vendanges ou ce qui en rapport avec la nature, alors cet instant sera plus propice pour organiser votre powwow.
Peu de gens le savent, mais le mot "powwow" est d'origine Tuscarora, Oneïda
On raconte chez nous, que deux trappeurs (coureur des bois) se sont égarés, marchant
en suivant la lumière du soleil. Ils étaient affamés et épuisés. Nous les avons recueilli au sein de notre communauté, notre chef d'alors leur dit "owwawo", ce qui signifiait d'où le vent vous avez mené (traduction: d'où venez-vous poussés par le vent ?" Mais Grand-père faisait en même temps un geste accompagnant ses paroles. Il levait la main pour signifier le ciel et la baissait pour montrer la terre (un peu comme si il voulait dire quel esprit du ciel vous a fait atterrir ici ?) Les trappeurs ont cru par quiproquo, que quand Grand-père baissait la mainet que c'était le moment pour eux de prendre la parole.
Résultat : Ces nomades ont fait un périple du Nord-Est au Sud vers le Dakota et ont transmis à d'autres tribus les gestes de grand-père et ne connaissant pas notre langue, ils ont aussi cru que notre chef avait dit powwow au lieu de "owwawo". Maintenant ce geste légendaire préfigure aux réunions de paroles "à qui prendra la parole pendant que les autres écoutent et qui sera le suivant ?"
Comme nos croyances ont une connotation magique chez nous, il faut fêter les esprits qui amènent les hommes jusqu'à notre campement, donc on danse, on chante et on remercie la providence, d'où la naissance des fêtes nommés Powwow....
Hope Hen, Erich

 

Merci à toi, Eric, pour tes explications, allez sur la liste nativeindiansgroup@yahoogroupes.fr 

Régie Publicitaire

    Vous avez aimé nos articles ? Faites un don pour nous encourager à continuer !

© 2016 par "ISULAVIVA" (c)